Mardi 05 septembre 2006 – Zugspitze & Eibsee

La nuit se passe très mal : je ne me sens pas bien, j’ai chaud et mal au ventre… arriva ce qui devait arriver : en plein milieu de la nuit, je galope vers la toilette pour réétudier plus en détail le menu de la veille. Heureusement que nous n’avons plus de voisins de chambre, se faire réveiller par quelqu’un qui vomi c’est pas glop… Le matin, fatiguée, je me fais un tout petit déjeuner histoire de ne pas partir le ventre vide. Autant dire que ça contraste avec les matins précédents ^^

En route vers le Zugspitze : le téléphérique du Pitztal nous a posé un lapin mais celui-ci, on ne le laissera pas se défiler ! Il va y avoir énormément de photos pour cette journée, c’est « la pire » du séjour je crois à ce point de vue… impossible de faire un tri plus sélectif !

Le sommet du Zugspitze a la particularité d’être à cheval entre l’Autriche et l’Allemagne (son téléphérique jumeau part de Garmisch-Partenkirchen). Le prix de la montée est salé, mais il faut avouer que ça en vaut la peine : la cabine nous emmène à près de 3000m, et comme nous avons de la chance nous serons au-dessus de la mer de nuages !

La montée est vertigineuse, involontairement on ne peut s’empêcher d’examiner les câbles avec quelque anxiété ^^ Heureusement mon déjeuner a décidé de rester en place !

Le paysage de sapins se décharne progressivement avec l’altitude, la rocaille et bientôt la neige nous tendent les bras…

Nous sentons la température fraîchir et voilà les 6°C annoncés dans la vallée qui se manifestent. Le temps est cependant idéalement ensoleillé.

Je m’amuse à nourrir les craves, qui sont tout sauf timides. Ces oiseaux sont tellement habitués aux touristes qu’ils viennent presque piquer le bout de pain dans nos mains avant qu’on le lance…

Je suis admirative quant à leur façon de rattraper au vol la moindre miette, leur vol reste d’une précision extrême malgré les fortes bourrasques de vent. Ce ne sont pas les seuls à résister au vent d’ailleurs !

Nous passons de longs moments à explorer toutes les terrasses du refuge d’altitude, qui se partage lui aussi entre l’Allemagne et l’Autriche.

Chaque orientation donne lieu à un mitraillage photographique conséquent ;-p

Nous sortons ensuite pour escalader le véritable sommet du Zugspitze, qui se trouve juste à côté.

Le décor est impressionnant car aucun sommet n’est plus haut que nous. Des randonneurs sont en train de manger leurs sandwiches à côté de drapeaux tibétains, sentiment d’irréalité…

Nous ne faisons pas de grande promenade car le moindre pas est essoufflant à cette hauteur, et puis je suis toujours un peu patraque de cette nuit. En fait les environs sont assez mornes (trop minéral).

Le refuge en lui-même illustre parfaitement la différence entre ses deux pays. Du côté autrichien se trouvent des œuvres d’art moderne (très présent partout où nous sommes allés dans le Tyrol) tandis que du côté allemand, la terrasse est envahie de tables recouvertes de saucisses et de bières ^^

Après s’être largement rassasié les yeux, nous redescendons dans la vallée en début d’après-midi, avec une idée derrière la tête. Vu de là-haut, un certain lac nous a beaucoup tenté et je voudrais y passer ma « convalescence »… mais d’abord, rassasions notre estomac !

J’ai repéré un banc libre dans une prairie, à l’ombre d’un sapin se trouvant quasi en dessous du départ du téléphérique. Nous pique-niquons tranquillement et une sorte de gros moustique nous accompagne : il « mange » une vieille tranche de pain (jetée pour les oiseaux) pendant toute la durée de notre repas !

On remarque un technicien qui vaque à ses occupations sur le dessus d’une cabine, on pense à une intervention ponctuelle… et soudain la cabine part, avec le gars sur son toit ! Ebahis, on se demande si c’est normal… mais oui, ça en a bien l’air ! Le téléphérique s’arrête lorsque le technicien arrive à hauteur du premier pylône (qui est très loin en fait), le gars descend dessus et la cabine repart sans lui.

Le Eibsee est du côté allemand, il nous faut donc faire tout le tour de la montagne en voiture. « Vue du ciel », la couleur de ce lac m’avait attirée comme un aimant. Tiendra-t’il ses promesses au sol ? Je vous laisse en juger…

La route qui y mène est un cul-de-sac. Arrivés au bout, une voiture est arrêtée et discute avec un piéton bizarre. Je déboîte pour passer à côté, mais le piéton décidément antipathique m’arrête et me demande :
« parking ? »
« euh ?! yes »
« 2,50 euros »
« ah ! no ! »

Je trouve ça un peu crapuleux de devoir payer pour passer trois petites heures au bord du lac, si ça se trouve ce gars s’est improvisé caissier de parking et n’a aucune autorité pour ce faire. J’ai donc fait un beau demi-tour (même pas crapuleux) et je suis partie me garer plus loin. Beaucoup plus loin car, bien sûr, tous les bords de route sont interdits au stationnement, sans qu’une raison valable ne transparaisse. Pur hasard !

Enfin bref, après ce petit accès de mauvaise humeur, nous parvenons enfin au bord du lac… dont le merveilleux bleu-vert transparent nous fait oublier illico presto l’affreux jojo !!

C’est la vue de ce lac qui me donnera envie d’enfin toucher l’appareil photo, car jusque là c’est AàG qui a quasi tout fait…

On commence par une promenade le long de l’eau, sur un petit sentier forestier très agréable. L’ombre est la bienvenue, il fait toujours étouffant.

Nous trouvons une zone à peu près déserte et nous nous y installons pour faire trempette. C’était très exactement là :

L’eau est un peu froide, c’est toujours un mauvais moment à passer que de devoir se mouiller petit à petit… mais une fois qu’on y est, rhââ que c’est gai !

Il fait bon et c’est un plaisir de nager un peu, même si c’est en T-shirt ^^ Plus loin, des pédalos et des petits voiliers font les foufous, l’ambiance est propice à la détente…

Quelques canards se font un plaisir, que dis-je, un devoir ! de finir nos restes de pain.

Après la baignade nous laissons le soleil nous sécher sur les rochers, j’en profite pour noter quelques éléments du compte-rendu avant de tout oublier.

Nous passerons une fin d’après-midi très agréable au bord de ce lac, qui nous rappelle notre journée à Plitvice la Merveilleuse.

C’est à regret que nous quittons le lac, dont les yeux peinent à se détacher. Nous allons souper à Arzl im Pitztal, un repas assez quelconque mais qui nous permet de découvrir les « germknödel ». Nous avions entraperçu ce dessert sur des tables du refuge et son aspect très étrange avait immanquablement titillé notre curiosté de chat ! Ce n’était pas très bon, en fait… une pâte « crue » (??) fourrée aux pruneaux et saupoudrée de graines de pavot, le tout nageant dans de la crème vanille. Très lourd et pas très goûteux.