You are currently browsing the category archive for the ‘Petits gestes’ category.

Trouvez-vous normal que ce soit aux promeneurs de faire attention aux chasseurs ?

Chacun devrait pouvoir accéder à la nature en toute liberté, sans l’angoisse de se faire tirer dessus.

Écrivez à la préfecture de votre département, aux élus de votre circonscription, aux candidats des élections régionales pour exprimer votre désapprobation quant à l’autorisation de la chasse en été et votre souhait de pouvoir mener des activités nature en toute sécurité et sérénité.

Modèle de courrier

> Pour les coordonnées de la préfecture de votre département, cliquez ici.
> Pour les coordonnées de vos députés, c’est ici.
> Pour les sénateurs, c’est là.

Le nom de l’opération francophone était « En mai, tonte à l’arrêt ».
Le slogan flamand claque mieux, non ?

A vrai dire, ça n’a pas changé grand chose concernant mon jardin. Par contre ça a donné un bon prétexte face aux voisins :mrgreen:

La végétation a poussé, poussé, poussé… sauf sur les chemins empruntés régulièrement par les chats et par moi. Là, l’herbe reste toujours rase. Mi-juin j’ai juste élargi un peu ces chemins parce qu’ils avaient tendance à se refermer avec le versage des hautes tiges. Je préfère limiter le risque de tiques, et ça facilite la circulation avec les arrosoirs.

Quant aux chats, ils sont au paradis ! Ils se planquent au milieu des touffes d’herbe pour faire la sieste et se croient invisibles [parfois ils le sont d’ailleurs vraiment]. Le voisin s’étonne de ne plus voir son chat. Bah forcément, il est toujours fourré ici… Si le voisin était un chat, il comprendrait pourquoi ^^

Pendant ce temps, à côté, le « terrain de foot » (ex-sapinière) des autres voisins est consciencieusement tondu à ras, au tracteur, au moins une fois par semaine. Même quand il n’y a que 2mm qui ont poussé. Et comme il faut que tout soit « propre », les bords et le talus sont consciencieusement entretenus aussi. A la débroussailleuse thermique bien sûr. Ils ne connaissent que les trucs à moteurs : souffleur au lieu de râteau, quad au lieu de vélo… [ok j’avoue que j’envie leur tronçonneuse quand je nourris mes tendinites à scier des bûches sèches 😀 ]

Moi qui m’étais réjouie de surprendre un soir deux hérissons sur la terrasse, espérant déjà qu’ils généreraient une nombreuse descendance, j’ai ainsi retrouvé l’un d’eux méchamment scalpé. Il faisait affreusement peine à voir, sa blessure était déjà envahie d’asticots et le centre de revalidation n’a hélas pas réussi à le sauver 😥 J’ai eu beau en parler au voisin, ça n’a rien changé.

Je suppose que mon jardin sauvage les rend malades autant que leur terrain de foot me fait mal au cœur. Mais tout n’est pas perdu : j’ai entendu la voisine s’extasier en découvrant qu’ils étaient les heureux propriétaires d’une mini-touffe de pâquerettes !

Et puis ils ont planté bien 5 ou 6 arbres fruitiers… certes à 1 mètre du bord de leur terrain, parce que c’est plus facile pour laisser passer le tracteur-tondeuse que de les planter en plein milieu. Pour la vue en verger, c’est râpé.

Moi j’ai besoin d’être entourée de vert, alors je compense avec ma prairie champêtre… J’ai même acheté une mini-faux. Les années précédentes j’utilisais une vieille tondeuse électrique, mais là je crois qu’elle rendrait l’âme si j’essayais. Reste à trouver le bon geste pour faucher efficacement [pour l’instant ce n’est pas gagné !] car je vais couper une partie à tour de rôle, c’est nécessaire pour maintenir l’équilibre.
Sans cela, il n’y aurait in fine que des ronces et des érables.

Les avantages de cette approche :
– le gain de temps, très appréciable, ne nous mentons pas !
– la diminution des nuisances sonores (je sais pas vous, mais moi j’en ai marre des vrombissements de tondeuse non-stop chaque week-end)
– c’est sauvagement beau, j’ai l’impression d’être en vacances et le paysage évolue au fil des saisons / des années
– ça crâme moins vite en période de canicule grâce à l’ombre qui garde la fraîcheur, même si la surface d’évapotranspiration augmente
– les chats adorent. Je cite : « Amai! Zo’n leuke savanne! » (Madame Kennedy)
– le foin obtenu peut servir à pailler aussi bien qu’à nourrir les cochons d’inde d’une voisine
– et last but not least, le gain de biodiversité bien sûr ! Des centaines de plantes différentes se développent librement, ont le temps de fleurir pour les butineurs (vous voyez encore beaucoup de papillons, vous ?), les insectes peuvent effectuer tout leur cycle, servent ensuite de nourriture aux chauves-souris et aux oiseaux, qui bénéficient aussi des plantes montées en graines, etc.

N.B. : ce qu’on appelle pompeusement « hôtel à insectes » devrait en réalité s’appeler « garde-manger pour prédateurs ». Pas plus tard que ce matin un couple de pics épeiche était en train de faire voiture-bélier dessus et s’y servir allègrement. Cela dit c’était la première fois que j’en voyais ici, donc malgré tout j’étais plutôt contente 🙂

Les inconvénients :
– les graminées… aaaatchi !
– certains envahisseurs qu’il n’est pas facile de contenir (ronce, mélisse, etc.)
– cela peut laisser croire à des candidats cambrioleurs que la maison est inoccupée
– le regard des voisins… heureusement les miens sont sympas et on s’entend bien malgré nos différences de points de vue !
– les limaces auxquelles ça donne plein d’abris (j’en ai enlevées +70 ce matin rien que sur un petit hortensia…)
D’ailleurs, faudra un jour qu’on m’explique pourquoi elles font de la dentelle de mes artichauts alors qu’elles dédaignent les chardons !

J’espère à terme que le jardin trouve un certain équilibre et qu’il puisse servir d’oasis dans un milieu globalement peu accueillant, entre pseudo terrain de foot et parking. A l’arrière se trouve un mini-reste de sapinière agonisante, au moins est-ce encore un peu sauvage… mais je vois davantage d’écureuils en allant à Bruxelles que dans ma campagne où il semble que le premier réflexe de chaque nouvel acquéreur soit d’abattre les arbres 😥

Si vous voulez que les multinationales décident des normes sociales et environnementales des pays
Si vous voulez la mort de l’agriculture familiale
Si vous voulez que les lobbies aient les pleins pouvoirs
Si vous voulez baisser les normes européennes
Si vous voulez la fin des appellations d’origine protégée
Si vous voulez l’essor des sables bitumineux, du fracking, des OGM, etc.

Alors ne venez pas ce 20 septembre à Bruxelles.

D’autres vidéos très bien faites en bas de cette page.

Rendez-vous mardi à partir de 16h30 à Arts-Loi !

edit> Des départs collectifs sont organisés d’un peu partout en Belgique et il y a même des bus qui partiront d’Aix-la-Chapelle et Cologne.

Parce qu’il ne faut pas que déconner, je vous invite à participer à cette action qui nous concerne de près ou de loin très près.

titom_nucleaire
Dessin de Titom dans Kairos (voir lien)

Un jour j’ai entendu un spéléo dire quelque chose comme : quand tu es sur un chantier de désobstruction, au 3e caillou qui tombe tout seul, c’est qu’il est temps d’arrêter et de se tirer !

Nous avons eu nos 3 cailloux nucléaires. Il est temps d’arrêter. D’autant qu’on ne peut pas se tirer.

Je me suis rendue compte avec une certaine stupeur que yah00-mail permettait de stocker 1 TB… wouch ! 1 térabyte c’est 10 exposant 12 bytes, c’est simplement gigantesque 😯

Si on tient compte du nombre d’utilisateurs, même mes dérisoires 0.26% deviennent effrayants. D’autant que l’utilité ou l’intérêt (y compris sentimental) des emails conservés n’est pas forcément au rendez-vous. Combien de messages ne sont-ils pas simplement fossilisés, oubliés là dans un coin, archivés pour un vague ‘au-cas-où’ ?

J’ai soudain été prise d’une frénésie de tri de ma boîte mail. Une fraction de goutte d’eau pour participer à éteindre l’incendie. Car tous ces FW, aussi bien de blagues ou de photos que d’autres sujets plus sérieux, que je conservais voire que je n’avais même pas encore ouverts (mon père était un serial-forwardeur) consomment une énergie bien inutile. Parfois depuis plusieurs années.

Or c’est tellement facilement évitable, sans perte de confort ni quoi que ce soit. Il n’y aurait même pas d’effort à faire si j’avais pris la peine de trier en continu dès le départ.

Me voilà rendue à télécharger puis effacer toutes les grosses pièces jointes en priorité, et dans un second temps à trier les emails-textes que je souhaite vraiment garder des autres.

Ça prend des heures et c’est le genre de ménage de printemps qui ne se « voit » pas, mais je commence à me sentir plus légère ! Et en prime ça permet de se remettre en mémoire certains échanges 🙂

Un jour viendra, je m’attaquerai peut-être à ce blog dont toutes les images sont loin d’être nécessaires en grande résolution. Leur ‘volume’ total est presque équivalent à celui des emails. Le côté vicieux des messageries, c’est qu’on accumule au fur et à mesure sans en avoir la pleine conscience, contrairement au blog où on choisit les notes qu’on souhaite écrire. Dans un cas il faut délibérément supprimer, dans l’autre il faut délibérément créer.

Peut-être serait-il bénéfique de modifier le principe d’une messagerie : devoir cocher les emails à conserver, les autres étant automatiquement supprimés après un certain temps ? On est évidemment loin des arguments marketing nous invitant à ne plus prendre la peine d’effacer nos emails… c’est vrai quoi, c’est pas comme si on était en train d’épuiser nos ressources naturelles et d’asphyxier la planète !

L’avez-vous vu ?

http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/02/03/demain-un-phenomene-de-societe_4858559_3244.html

Depuis le temps que j’en avais envie ! Ça y est, depuis le déménagement je ne suis plus seulement Belgikistanaise mais aussi Amapienne 🙂 Grosse pensée pour la ferme du Hanneton… j’aurais tellement aimé que ce soit chez eux !

Je faisais déjà partie depuis longtemps d’un GAC (Groupement d’Achats Communs) écoulant la production d’une ferme bio locale à 40 bornes d’ici, mais c’est un truc beaucoup moins solidaire qu’une AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) car il n’y a aucun engagement. C’est pratique pour le consommateur car très souple : d’une semaine à l’autre on peut changer le type de panier qu’on prend, si on part en vacances on ne commande rien, etc. Mais bien sûr ça soutient moins bien le producteur ! Il ne peut se permettre ce système que parce qu’il est grand et qu’il commande aussi à l’extérieur (parfois à ses voisins mais aussi à l’étranger…)

Tandis que là, c’est en lien avec un petit maraîcher bio situé à moins de 20km, bientôt 5 car il est devenu propriétaire d’un terrain sur lequel il va déménager ses cultures. Il fait encore appel à quelques voisins mais le but à terme est que les fruits et légumes proviennent exclusivement de sa production.

Il ne fournit qu’une seule AMAP, avec différents points de distribution dans un très petit rayon. J’ai demandé s’il parvenait à s’octroyer un salaire et on m’a répondu que oui, qu’il parvenait à se payer 9,50 de l’heure (ce qui est déjà pas mal par rapport à la moyenne des maraîchers, dixit mon interlocuteur) et que le but était d’arriver à 12,50. Et tout cela sans travailler 60h par semaine, m’a-t-on encore précisé.

Il optimise évidemment autant qu’il peut le coût et le temps, par exemple il n’a pas besoin d’un local pour distribuer car il le fait via une remorque dans laquelle il charge les légumes ‘en vrac’ (ce sont des Amapiens qui constituent les paniers à tour de rôle), la distribution se fait selon un horaire assez serré (sauf un endroit où il laisse la remorque toute la nuit), les haricots sont récoltés « tels quels » et c’est à chacun de les dépiauter, etc.

Bref, il parvient à tirer son épingle du jeu et ça me fait diablement plaisir que ce soit possible car pour la plupart des maraîchers c’est hélas loin d’être évident !
Certes il a des conditions favorables car tant la météo que les ravageurs semblent l’avoir épargné durant ses années de lancement, la région est plutôt « riche » et les membres de l’AMAP (que je ne connais pas encore) sont apparemment plutôt des intellos qui sont là par conviction et non pour chicaner sur le prix des paniers – qui sont tout de même compétitifs avec le bio des magasins, me dit-on.

Il nous reste à nous discipliner et nous organiser pour ces paniers qui arriveront (hormis la pause de fin d’année) chaque semaine, qu’on soit là ou pas. J’espère qu’ils seront aussi beaux et bons que ceux-ci 🙂

Je n’aurais pas pu mieux dire – quant à mieux dessiner n’en parlons pas :mrgreen:

http://www.bouletcorp.com/blog/2014/07/12/pub-et-caca/

Reconstitution d’un dialogue avec ma collèguamie « sudiste » :

– Cette météo me déprime. L’hiver OK pas de souci je comprends et le supporte, mais là on est en été et tu as vu ce ciel ??
– Bah qu’est-ce qu’il a ce temps ? Il est plutôt pas mal : ni trop chaud ni trop froid, et il n’y a même pas de pluie !
– Mais ces nuages !! Il est où, le bleu ? Même ma fille me demande « Il est où, le soleil ? Parti, le soleil ? »
– On en a eu plein la semaine passée, du soleil… ça ne peut pas rester tout le temps comme ça.
– C’est le problème en fait. Chez nous quand il commence à faire beau c’est parti pour des semaines et des semaines de chaleur et de grand soleil ! Quand la météo annonce « quelques nuages » c’est en réalité un mini-nuage dans un immense ciel bleu. Ici quand la météo annonce « quelques nuages », il y a un tout petit coin de ciel bleu perdu dans une mer de nuages !

Et elle a clôturé par cette magnifique formule :
– Chez nous, la perturbation, c’est la pluie… ici, la perturbation, c’est le soleil !

Inutile de vous dire que je suis partie dans un inextinguible fou rire 😀

Ça ne creuse pas trop les causes mais les conséquences sur le quotidien sont bien expliquées et bien dessinées, aussi je relaie cette note – déjà bien relayée par ailleurs :
http://diglee.com/stop-harcelement-de-rue
(et quelques autres situations vécues par la même personne ultérieurement)

colere
Voici quelques stratégies de réaction :
quand on est victime
quand on est témoin

« Mais non c’est exagéré, ça n’arrive pas si souvent que ça ? »
C’est malheureusement trop courant, si vous avez besoin de vous en persuader lisez donc ces quelques témoignages (là c’est pour la France mais il y a un menu déroulant pour consulter ceux des autres pays).

Archives

Conditions d’utilisation

Vous pouvez utiliser les textes et photos de ce site à condition que vous en citiez/linkiez la source et que l'usage ne soit pas dégradant.
Aucune utilisation à des fins publicitaires (i.e. commerciales, politiques, etc.) n'est autorisée.
Si vous souhaitez utiliser une photo à des fins privées (fond d'écran, etc.) : servez-vous, c'est fait pour !!

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.