Je sors de mon silence pour rendre hommage à deux vieilles demoiselles.

Lilou & Chamade

Deux caractères différents, deux caractères attachants…

Elles sont parties à quelques semaines d’intervalle, terrassées sans surprise par la vieillesse. Entourées et aimées jusqu’au bout du chemin ♥

J’ai le cœur gros en pensant à elles et à la peine qui broie le cœur de leurs zhumains.

Elles laissent un grand vide et beaucoup de souvenirs.

Bande-son : Angèle – La loi de Murphy

J’arrive au parking de la gare et il est fermé par des barrières nadar avec des panneaux d’interdiction de stationner.

Bien sûr mon train habituel ne roule pas, vacances scolaires obligent, donc je dois me farcir une correspondance supplémentaire. Sur le panneau, le train que je comptais prendre a un joli bandeau orange « Ne circule pas » (pudique mention qui diffère de l’habituel « Train supprimé »). 5 minutes plus tard ils annoncent que le train roulera quand même, mais avec 37 minutes de retard… et qu’exceptionnellement il ne s’arrêtera qu’à Bruxelles-Midi !

Bref je me retrouve à prendre un omnibus, j’obtiens une correspondance miraculeuse qui me fait espérer avoir la correspondance suivante… j’arrive super loin sur le quai, je cours comme une malade pour rejoindre la place où se garent les bus, mais non : 1 minute trop tard, je vais devoir attendre 1/4h dans le froid. Étonnant qu’il ne pleuve pas.

Au bureau, je ne me souviens plus de mon mot de passe. La boîte mail a des soucis, impossible d’enlever mon out of office. Je reçois un courriel de ma boîte en… bulgare.

Le message est suffisamment clair : je n’aurais pas dû reprendre ce jeudi. Je me dis ok, j’ai compris, je vais poser congé demain. C’est là que mon chef me met une réunion ce vendredi matin…

:mrgreen:

Toujours dans le cadre du défi de Melle Ambre :

La consolante – d’Anna Gavalda

Je suis tombée sur ce nom connu dans la boîte à livres. Je n’avais jamais rien lu de cette auteure, pour autant que je me souvienne. C’était l’occasion. Et puis la couverture était jolie.

L’écriture fluide m’a plu, certains diront que ce n’est pas de la grande littérature et que les ficelles sont parfois un peu faciles, peu importe : j’ai pris plaisir à le lire.

04. de plus de 600 pages
27. avec un personnage féministe
31. qui vous a fait pleurer – mais ça ne compte pas, il n’en faut vraiment pas beaucoup ces temps-ci
34. le livre est abimé (interdiction de l’abimer soi-même !)
35. un livre trouvé (dans la rue, dans une boite à livres,..)
54. l’histoire se déroule en France
80. la couverture n’a rien à voir avec le sujet

Le masque du jaguar – de Daniel Easterman

Un livre pour ceux qui aiment les films américains ; ils ne seront dès lors pas déçus par le scénario cousu de fil blanc, les stéréotypes et les incohérences !

35. un livre trouvé (dans la rue, dans une boite à livres,..)
39. qui se déroule dans un pays que vous souhaitez visiter
71. le titre est énigmatique

(lien sous l’image)

Je n’ai pas spécialement d’affinités envers la revendication de départ des « gilets jaunes », comme je le montrais dans un post précédent.

Cependant, même si le motif « visible » de l’indignation laisse à désirer, je trouve super que des gens se bougent et se mobilisent enfin.

D’autant plus que :
– le moteur sous-jacent vient des inégalités
– cela fait trop longtemps que les médias ternissent et marginalisent l’image du « manifestant » en s’axant sur les dérapages et les casseurs. Juste à la recherche de sensationnel, ou bien pour éloigner cette idée de monsieur et madame Toulmonde ?

Qu’on soit ou non d’accord avec les « gilets jaunes », ces citoyens ont pleinement le droit de s’exprimer et de manifester pacifiquement.

Jusqu’à présent, manifester est encore un droit reconnu dans nos pays. Enfin du moins sur papier…

D’abord on entend ça (Belgique)

puis on voit ça (France)

et puis ça (personnes sensibles, abstenez-vous de regarder la vidéo)

Ça va s’arrêter où ?

Mais non, dormez en paix, on peut pleinement être rassuré quand on lit cet article (surréalisme made in Belgium !)

« Notre approche vise à comprendre comment une société mais aussi une organisation comme la police – au même titre que d’autres groupes dans la société – peuvent suivre une pente dangereuse jusqu’à graduellement adopter des points de vue et des actes extrémistes », explique Christophe Busch, directeur de la Kazerne Dossin.

Il faut croire que beaucoup ont séché cette formation…

Bande-son : Asaf Avidan – Reckoning song

Je reprise de vieilles chaussettes pleines de trous partout. Un amas de failles béantes reliées par quelques fils maintenant un semblant d’ensemble. Je suspecte une projection – je ne vois rien d’autre pour expliquer mon acharnement à les réparer.

Je n’ai aucune énergie, aucune concentration, rien d’étonnant vu que je dois dormir une moyenne de 5 à 6h par nuit depuis l’été dernier, et encore moins ces dernières semaines. Je fais un peu l’ours mais parfois malgré tout je sors, je vis, je ris même. Et puis quand je me retrouve seule, souvent en voiture, les larmes déferlent soudain.

L’appétit me joue des tours, je bouffe n’importe quoi et reprends les kg que j’avais si facilement perdus ces dernières années. Un collègue appelle cela « manger son chagrin ». Je crois plutôt que je ne trouve plus rien qui me nourrisse.

Bref je crois qu’il serait temps de mettre un grand coup de pied au fond de l’étang pour remonter. Sauf qu’avec toute cette vase, je ne sais pas très bien où est le fond. Si ça se trouve ce n’est pas un étang mais une fosse septique.

Alors les livres…

N’oubliez pas : ce dimanche 2 décembre, c’est la marche pour le climat !

Dernières lectures, que je vous présente dans le cadre du défi de Melle Ambre.

Indignez-vous ! – de Stéphane Hessel
Une collègue me l’a prêté. Eh non, je ne l’avais pas encore lu ! Très court, très percutant, très inspirant… je le conseille à tout le monde.

07. emprunté à un·e ami·e
12. de moins de 100 pages
32. avec une couverture moche
37. qui donne envie de (écrire, voyager, ..) – faire bouger les choses
40. interdit dans un pays – je ne sais pas si c’est une interdiction au sens propre mais apparemment Israël, Russie et quelques autres sont (ou étaient) hostiles à ce que l’ouvrage soit traduit et vendu chez eux
43. aucune image sur la couverture
56. le titre est une phrase (sujet, verbe, ..)
66. l’auteur n’est plus en vie

Le pavillon des enfants fous – de Valérie Valère
L’histoire autobiographique de l’auteure, internée 4 mois durant son adolescence pour anorexie.
Un livre lucide, dur, atypique, interpellant, sans faux-semblant. Fort et sensible à la fois.

14. paru votre année de naissance
35. un livre trouvé (dans la rue, dans une boite à livres, ..)
47. auteur complètement inconnu de tous
54. l’histoire se déroule en France
55. avec un visage sur la couverture
66. l’auteur n’est plus en vie – morte à 21 ans
68. publié au XXe siècle

C’était pourtant l’été – Maeve Binchy
Un tout autre genre pour ce roman qui parle de l’amitié, l’Irlande et l’Angleterre, la religion, la folie, l’alcoolisme, les femmes battues… mais non sans humour et légèreté. Les personnages sont attachants mais la fin un peu trop brusque et accommodante.
Wiki dit « Maeve Binchy est un écrivain de la condition féminine dans la tradition de Jane Austen. Ses romans ont pour sujet des problèmes traditionnels auxquels les femmes sont confrontées : mariage, divorce, liaisons amoureuses tumultueuses, avortement, escroqueries, endettement. Son originalité consiste à les décrire dans le contexte de l’Irlande du XXe siècle. »

04. de plus de 600 pages – 604 exactement 😉
27. avec un personnage féministe
35. un livre trouvé (dans la rue, dans une boite à livres, ..)
39. qui se déroule dans un pays que vous souhaitez visiter
46. par un auteur d’une nationalité autre que française, américaine, anglaise ou japonaise
47. auteur complètement inconnu de tous – bon ok, presque tous les auteurs sont inconnus pour moi ^^
56. le titre est une phrase (sujet, verbe, ..)
65. la couverture est une peinture (connue ou non)
66. l’auteur n’est plus en vie
67. une plante sur la couverture
71. le titre est énigmatique
80. la couverture n’a rien à voir avec le sujet
90. l’histoire fait voyager

Tout est fatal – de Stephen King

Que dire ? Je crois que je vieillis 😦

03. déjà lu (le relire) – c’était pas fait exprès mais au fil du bouquin je me suis rendue compte que je l’avais probablement déjà lu…
35. un livre trouvé (dans la rue, dans une boite à livres, ..)
56. le titre est une phrase (sujet, verbe, ..)
71. le titre est énigmatique

Mémoire morte – de Donald Westlake

La quête de sa mémoire et de lui-même. Un sujet intéressant. Une quête qui ne peut mener à rien. Juste à un écho qui sonne faux.
Qu’est-ce qui fait notre identité, finalement ? A quoi ça tient ?
Il manque quelque chose dans la façon de traiter ce sujet, mais je ne saurais dire quoi exactement…

31. qui vous a fait pleurer
32. avec une couverture moche
35. un livre trouvé (dans la rue, dans une boite à livres, ..)
66. l’auteur n’est plus en vie
84. un personnage a un handicap
95. a été publié après la mort de l’auteur – écrit dans les années 1960 et publié en 2010

Diloy le chemineau – de la comtesse de Ségur « née Rostopchine » 😉

Quand j’ai vu ce livre tout abîmé, recouvert de papier avec de grosses pommes rouges, un petit goût d’enfance s’est invité… Pas grand chose à en dire, c’est du Ségur habituel pétri des bons sentiments de l’époque sur la religion et les classes sociales. Disons que ça fait passer un trajet en train de grand matin quand on n’a pas envie de trop solliciter ses neurones !

29. lu en une journée
34. le livre est abimé (interdiction de l’abimer soi-même !)
35. un livre trouvé (dans la rue, dans une boite à livres, ..)
42. les premières lignes sont un dialogue
43. aucune image sur la couverture – du moins c’est ce que je soupçonne
54. l’histoire se déroule en France
66. l’auteur n’est plus en vie

Dans le train, un matin tôt. Le contrôleur (je ne me ferai jamais au vocable « accompagnateur ») lit les puces des passagers. Enfin pas – encore – directement des passagers, on se comprend.

C’est un rigolo plein d’énergie qui appelle chaque personne « jeune homme » ou « mademoiselle » avec du soleil dans la voix. Son regard réveille notre humanité.
Quel contraste alors que, souvent, on est juste conforté dans l’impression d’être l’incarnation d’une statistique de fréquentation.

Par son seul passage, cet homme vous transforme tout un wagon de navetteurs moroses et égocentrés en humains souriants et complices. Si c’est pas aussi fort que de changer l’eau en vin, hein ?

Il prend la carte que je lui tends, la scanne et s’exclame « Joyeux anniversaire en retard ! » avant de rajouter d’un ton de connivence « oui à la SNCB on a l’habitude comme vous savez »
J’ai mis deux secondes à comprendre sa blague (je n’avais pas encore pris de thé) mais j’en ris encore ^^

Il y a deux sortes de gens.

Il y a ceux qui vivent, jouent et meurent.

Et il y a ceux qui ne font jamais rien d’autre que se tenir en équilibre sur l’arête de la vie.

Il y a les acteurs.
Et il y a les funambules.

extrait de Neige – de Maxence Fermine.
Court roman que j’ai trouvé oublié ou abandonné dans le train un soir, et que je vais ensuite passer à une collègue. J’ai beaucoup apprécié la poésie de certaines images. Moins l’histoire en elle-même.

Il remplit les défis suivants :
06. le titre contient 1 mot
12. de moins de 100 pages
25. se déroule en Asie
28. avec un élément (eau, feu, ..) sur la couverture – la neige… non ?
35. un livre trouvé (dans la rue, dans une boite à livres, ..)
43. aucune image sur la couverture
47. auteur complètement inconnu de tous – inconnu de l’inculte que je suis en tous cas
68. publié au XXe siècle
70. le titre contient une couleur – d’une éclatante blancheur
74. un livre que vous allez offrir
84. un personnage a un handicap
85. la première phrase est improbable (étonnante, ne veut rien dire, magnifique de poésie,..) – la première phrase est un haïku
90. l’histoire fait voyager

Commentaires récents

dieudeschats dans Le cœur gros
nays3 dans Le cœur gros
Dame Ambre dans Je déteins
Dame Ambre dans Le cœur gros
valeriedehautesavoie dans Le cœur gros

Archives

Conditions d’utilisation

Vous pouvez utiliser les textes et photos de ce site à condition que vous en citiez/linkiez la source et que l'usage ne soit pas dégradant.
Aucune utilisation à des fins publicitaires (i.e. commerciales, politiques, etc.) n'est autorisée.
Si vous souhaitez utiliser une photo à des fins privées (fond d'écran, etc.) : servez-vous, c'est fait pour !!

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.