Imaginez le dialogue suivant :

citoyens – Nous nous opposons à la signature de ces traités surréalistes et anti-démocratiques.
dirigeants – Ok. Et si on passe outre votre avis, vous faites quoi ?
citoyens – Bah, rien. On a été 3,3 millions à signer la pétition, ça suffit non ?

Attendez-vous que d’autres se bougent pour défendre vos droits ? C’est l’affaire de chacun et seul le nombre fait force !
Ce n’est hélas pas la rationalité des arguments qui importe dans ce débat, c’est le pouvoir de l’argent versus la mobilisation citoyenne.

Nous étions 9 000 selon la police, 15 000 selon les organisateurs. Pourquoi si peu alors que cela concerne tout le monde et que les enjeux sont vitaux ?

Quand j’explique le traité autour de moi, beaucoup de gens tombent des nues. Seul 1 Belge sur 3 connaît le TTIP selon un sondage 😯
Les médias n’ont pas beaucoup informé sur les tenants et les aboutissants de ces accords négociés dans l’opacité. De plus un ministre allemand a prétendu que les négociations avaient échoués, dormez en paix braves gens… tu parles Charles Sigmar !

Une fois qu’ils savent, les gens sont révoltés, ce qui est bien. Sauf qu’ils ne sortent pas de leur passivité. Soit ils ont piscine (ou poney), soit ils se persuadent du bien pratique « de toute façon ça ne sert à rien ».
Jusqu’où faudra-t-il que les dirigeants poussent le bouchon avant que les citoyens ne se réveillent ? Souvenez-vous de la fable de la grenouille, n’attendez pas d’être cuit.

Il y a également une stigmatisation des « manifestants » dans la presse. Or ce n’est pas une race de gens à part ! Ce sont des citoyens qui s’expriment. C’est votre collègue, votre voisin, votre enfant.
Ils ne sont pas différents de vous. Ce ne sont ni des casseurs, ni des délinquants. Nul besoin d’être radical ou d’être militant pour montrer son désaccord par sa simple présence. Nul besoin de gueuler ou de faire éclater des pétards.

Juste être là. Et clapper dans les mains si vous le souhaitez 😉

Je n’ai pas le temps. Je travaille. Je suis fatiguée. Je n’aime pas la foule. Je ne supporte pas le bruit. Les dérapages me font peur. Je ne veux pas être fichée. Et vous savez quoi ? Il y en avait plein d’autres comme moi dans cette manif ! ^^

Au départ je ne connaissais personne qui y allait, finalement on était une petite dizaine. La manif s’est très bien passée. Une ambiance festive et bon enfant, des participants de tous âges (même en poussette 🙂 ) et de toutes sensibilités – « blocs » présents : démocratie et solidarité, écologie, agriculture et alimentation, communes hors TTIP, droits sociaux et services publics, etc.

La plupart marchaient, certains avaient un vélo, d’autres moins valides participaient en chaise roulante. J’avais pris des bouchons d’oreille mais ils n’ont pas été vraiment nécessaires, le niveau sonore est resté acceptable.

On a démarré un peu après 17h et cela s’est fini vers 19h30 par le dégonflage de deux chevaux de Troie géants devant le siège de la Commission, en chantant Do you hear the people sing?, des autocollants STOP TTIP collés aux paumes des mains.

On avait reçu les paroles, je ne connaissais pas l’air, qu’importe ! 😉

Il n’y a eu aucun débordement recensé par la police. Je ne sais pas si les manifestants ont recensé des débordements de la police ? Pour ma part je n’en ai pas vu.
J’ai juste été étonnée qu’ils interviennent pour empêcher les personnes quittant la manif de mettre symboliquement leur petit autocollant « stop ttip » sur le mur portant le nom de la commission européenne (photo).

Certains ont continué par une Nuit Debout sur place, afin d’accueillir dans le bruit les négociateurs ce matin.

Regardez les nouvelles, même dans la presse dominante qui est loin d’être libre :

Depuis 1985, la Belgique perd en moyenne 43 fermes par semaine (le pays a perdu 63% de ses exploitations entre 1980 et 2010).

Août est le 16e mois consécutif de record de chaleur pour la planète. Pour l’instant 2016 se situe 1°C au-dessus de la moyenne du 20e siècle. Le précédent record pour la même période datait de… 2015.

Pendant ce temps les multinationales forment des monstres toujours plus gros (Bayer et Monsanto, DuPont et Dow, Syngenta et ChemChina, etc.), ils sont plus puissants que certains États.

Si le CETA est signé demain, c’en est fini de la souveraineté de nos pays, déjà mise à mal par certaines règles de l’UE. Les entreprises pourront assigner les États devant des tribunaux « privés » pour les obliger à payer des sommes faramineuses ou à annuler les normes environnementales ou sociales qui pourraient restreindre leurs profits !

Ceci n’est pas un épouvantail agité pour faire peur, cela se produit déjà ailleurs (exemples).

Nul besoin d’attendre la signature du TTIP pour que les entreprises américaines en profitent également, il leur suffit d’avoir une filiale au Canada.

Pour ceux qui veulent aller plus loin dans la compréhension de ces traités, le web est votre ami 😉 Notamment cette étude indépendante (américaine) sur les conséquences économiques et sociales du CETA.
Par exemple la perte de 310 000 emplois d’ici 2023 : 200 000 dans l’UE, 30 000 au Canada et 80 000 dans le reste du monde. La France et l’Italie seraient particulièrement touchées, également en termes de baisse de croissance.

Informez-vous, informez autour de vous, exprimez-vous, agissez !
Sans cela, une démocratie ne vit pas.