You are currently browsing the tag archive for the ‘USA’ tag.

Court et ludique ! 🙂
http://treatthetreaty.org/fr

Et vous, savez-vous quelle est la position du parti pour lequel vous allez voter concernant ces traités de merde surréalistes qui seront soumis au vote prochainement ?

Avez-vous une idée des tenants et des aboutissants, des conséquences sur notre vie à tous ?

Voici un résumé trèèèès bref, et très accessible (avec des références pour ceux qui souhaitent aller plus loin et accéder aux textes) :

http://vanyp.over-blog.com/2014/05/un-traite-europeen-met-les-etats-a-la-merci-des-multinationales.html

Elle est par où, la sortie ? vous demandez-vous. Eh bien elle commence par l’information. Relayez ! Et par votre choix dans les urnes ce 25 mai.

Nous sommes à l’été 2012. Sœur Megan Rice est une nonne catholique alors âgée de 82 ans. Franchissant une clôture à l’aide d’une pince coupante (arme effrayante et illégale, comme chacun sait), elle parvient à s’introduire incognito dans une centrale nucléaire du Tennessee.

Y-12 National Security Complex sert notamment à produire des armes nucléaires et est censé être l’un des centres les mieux surveillés des États-Unis. Je vous laisse imaginer le nombre de caméras de surveillance, d’alarmes, de mitraillettes, etc. Entrer là, c’est risquer sa vie à tout moment.

Sister Megan est accompagnée de deux autres militants pacifistes, des jeunes fous immatures de 64 et 56 ans. A leur grande stupéfaction, ils se promènent deux heures dans le centre en déployant tranquillement leurs banderoles, peinturlurant des slogans aussi subversifs que « Work for peace not war », et jouant du marteau sur le socle en béton d’une loge de garde, avant qu’enfin un garde de sécurité n’apparaisse.

Suffisamment intelligent et maître de lui, le gardien comprend de suite de quoi il retourne. Il ne dégaine pas son arme de service pour l’agiter sous leur nez, ne les plaque pas violemment au sol en hurlant Hands up!, bref il gère la situation de manière appropriée et les arrête calmement. Le malheureux a été licencié depuis. Il faut croire qu’il aurait mieux fait de s’abstenir d’aller voir, ou alors les abattre sans sommation ?
Évidemment on a préféré choisir un petit « sans grade » comme bouc émissaire pour les multiples anomalies du système de sécurité, dans lesquelles il n’a pourtant aucune responsabilité.

Initialement inculpés de simple violation de propriété fédérale, des charges plus lourdes ont rapidement été trouvées contre le trio. Accusés d’avoir volontairement endommagé une propriété de l’État fédéral et d’avoir saboté du matériel de la défense nationale (même si le ministère public a admis que la sécurité nationale n’avait jamais été menacée), cette dangereuse octogénaire vient d’être condamnée à près de 3 ans de prison et ses « complices » à plus de 5 ans car ils avaient des antécédents.

La nonne n’est pas la première. Le précédent, un prêtre de 84 ans, avait écopé de 3 mois de prison. Il semble que le juge ait voulu être plus dissuasif cette fois-ci. Pourtant des députés du Congrès ont remercié le trio pour avoir ainsi attiré l’attention sur ces graves manquements de sécurité.

Ces activistes pacifistes accusent les USA de violer le Traité de non-prolifération nucléaire qu’ils ont signé en 1969, et notamment sa clause prévoyant que soient poursuivies des négociations sur des mesures efficaces de désarmement nucléaire. Ils dénoncent également les dépenses faites pour les armes nucléaires, supérieures à celles pour l’éducation, la santé, le transport et les services de secours.

Soeur Megan Rice a déclaré : « To remain in prison for the rest of my life would be the greatest honour you could give me » (être en prison pour le restant de mes jours est le plus grand honneur que vous puissiez me faire)

Question : sommes-nous vraiment en 2014 ?

Article-fleuve sur cette affaire (en anglais) : http://www.washingtonpost.com/sf/wp-style/2013/09/13/the-prophets-of-oak-ridge/

« Si aucune action n’est entreprise rapidement, le réchauffement climatique de la planète va atteindre un rythme insoutenable à très, très court terme ». A la réunion annuelle de l’Association américain pour l’avancement des sciences (AAAS) de Chicago, Chris Field, de la Carnegie institution for Science, ne mâche pas ses mots. Et il décoche une flèche envers la consommation énergétique de son propre pays : les Etats-Unis, où la prise de conscience environnementale ne cesse de gagner du terrain.

« Et j’espère que les initiatives pour limiter les émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère seront prises bien avant le prochain rapport du GIEC. Nous ne pouvons pas attendre quatre ou cinq ans pour agir ».

(…)

L’heure est au mea culpa… et à l’action. « Si nous n’agissons pas rapidement, la machine climatique va s’emballer. Les incendies de forêt, y compris sous les tropiques, vont se multiplier. Le permafrost va fondre et libérer plus de mille milliards de tonnes de CO2 en un très court laps de temps alors que depuis la révolution industrielle, nos émissions totales de CO2 sont estimées à 350 milliards de tonnes », conclut Chris Field. La vie sur Terre va devenir tout simplement… impossible.

Article complet : Le climat chauffe les esprits américains, Le Soir, 14.02.2009

Une honte, un scandale, une catastrophe… Les mots me manquent. Dur dur de rester non-violente dans pareil cas :[

Dans le texte final soumis par l’Indonésie, toute référence chiffrée et spécifique aux recommandations des experts du climat a disparu. Plus aucune référence n’est faite dans le préambule aux travaux du GIEC ni à une réduction de 25 à 40% des émissions de gaz à effet de serre des pays industrialisés d’ici à 2020 (qui n’étaient pourtant pas présentés comme un objectif mais une « ligne directrice« , selon le texte).

Ces chiffres étaient inscrits dans le préambule du brouillon de la décision finale. L’Union européenne, qui défend cet objectif, a reçu le soutien des pays en développement, regroupés dans un « Groupe des 77 + la Chine ».
Le porte-parole de ce groupe a indiqué que cette référence chiffrée « est le résultat le plus important que nous souhaitons voir sortir de la conférence de Bali« .

La nouvelle version a été jugée « scandaleuse par la Chine et le G77 » (qui regroupe les pays en développement), mais aussi par l’UE et la Nouvelle-Zélande.
En revanche, la chef de la délégation américaine, Paula Dobriansky, [dont le ministère est hostile à toute référence chiffrée], « a vivement remercié la présidence indonésienne pour sa nouvelle proposition« .

Les ONG accusent les Etats-Unis d’avoir torpillé la conférence de Bali par leur position intransigeante et d’avoir soumis « une proposition qui revient à ne pas agir du tout contre le changement climatique« , selon J. Leape, directeur général du WWF.

Pourtant, vendredi matin, M. de Boer misait malgré tout sur « un sentiment d’urgence croissant » pour convaincre les délégations de sortir de l’impasse et finaliser un accord pour lancer les négociations sur le futur régime de lutte contre le réchauffement, après expiration de la première phase du protocole de Kyoto en 2012. « Il y a une telle pression de l’opinion publique, je ne crois pas que les ministres [de l’environnement] vont quitter cette conférence sans lancer un processus et tout le monde travaille très dur : personne ne veut être le pays qui a tout fait rater« .

Mouais. Faut croire que ces ministres n’habitent pas sur la même planète que nous. Toujours est-il que pendant ce temps, dans l’Arctique, le réchauffement a des effets plus forts que prévus :

L’été 2007 a vu tomber tous les records de fonte du Groenland. La surface de la calotte glaciaire ayant fondu au-dessus de 2000 m d’altitude est supérieure de 150 % à la moyenne mesurée entre 1988 et 2006. (…)

Ces chiffres vont de pair avec les récentes mesures de la couverture estivale de la banquise, exceptionnellement réduite cette année, ainsi qu’avec les relevés concernant l’océan Arctique, qui montrent « une température des eaux de surface supérieure de 3,5°C à la moyenne et supérieure de 1,5°C au maximum historique« .

Ce réchauffement d’une ampleur inattendue de l’Arctique ainsi que la fonte de la calotte favorisent un phénomène récemment identifié : le « glissement » des glaciers (au sommet de la calotte, l’eau ruisselle et s’infiltre sous la glace. Elle lubrifie le socle de la calotte et favorise l’avancée des glaciers dans la mer). Cet « écroulement » serait responsable « d’une perte annuelle de masse d’environ 100 milliards de tonnes de glace, alors que la fonte en elle-même ne compte que pour une perte de 30 milliards de tonnes de glace« .

Or ce phénomène n’a pas été pris en compte dans les dernières estimations du GIEC, qui prévoient une élévation du niveau des mers de 18 à 59 cm d’ici à 2100 (parce que les modèles mathématiques capables de prévoir l’évolution du phénomène dans le futur n’ont pas encore été développés).

(…)

Sources : Le Monde
article AFP/Reuters
article de Stéphane Foucart
article d’Hervé Kempf

Commentaires récents

Alain dans En mode colibri
Hervé dans En mode colibri
Alcib dans J’aurais dû être boucher…
Alain dans En mode colibri
Hervé dans J’aurais dû être boucher…

Archives

Conditions d’utilisation

Vous pouvez utiliser les textes et photos de ce site à condition que vous en citiez/linkiez la source et que l'usage ne soit pas dégradant.
Aucune utilisation à des fins publicitaires (i.e. commerciales, politiques, etc.) n'est autorisée.
Si vous souhaitez utiliser une photo à des fins privées (fond d'écran, etc.) : servez-vous, c'est fait pour !!

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.