You are currently browsing the tag archive for the ‘UE’ tag.

Court et ludique ! 🙂
http://treatthetreaty.org/fr

Et vous, savez-vous quelle est la position du parti pour lequel vous allez voter concernant ces traités de merde surréalistes qui seront soumis au vote prochainement ?

Avez-vous une idée des tenants et des aboutissants, des conséquences sur notre vie à tous ?

Voici un résumé trèèèès bref, et très accessible (avec des références pour ceux qui souhaitent aller plus loin et accéder aux textes) :

http://vanyp.over-blog.com/2014/05/un-traite-europeen-met-les-etats-a-la-merci-des-multinationales.html

Elle est par où, la sortie ? vous demandez-vous. Eh bien elle commence par l’information. Relayez ! Et par votre choix dans les urnes ce 25 mai.

L’art de chercher sans trop trouver déplaire… Consternant.
On nous prend vraiment pour des canards sauvages.

Déclin des abeilles : les mots qui fâchent
Extraits de : LE MONDE | 13.04.2014 – Stéphane Foucart

C’est une étude fascinante qu’a rendue publique, le 7 avril, la Commission européenne. Conçue par Bruxelles (NdDDC : bon sang arrêtez de dire « Bruxelles » en lieu et place d’Union ou Commission Européenne, c’est insultant !) et conduite par un laboratoire de l’Agence nationale de sécurité sanitaire française (Anses), cette enquête a essentiellement consisté à mesurer la mortalité des abeilles (…) dans 17 pays européens.

Mais le plus intéressant n’est pas le résultat obtenu. Le plus intéressant est le résultat qui n’a pas été obtenu.

Pourquoi ? Simplement parce que le protocole choisi visait à restreindre la recherche des causes des mortalités observées aux uniques pathogènes naturels (…)

Nous ne saurons donc pas quels résidus de pesticides se trouvaient dans les colonies les plus touchées. Et ce, alors même que des travaux académiques toujours plus nombreux montrent les effets délétères des nouvelles générations de pesticides et des mélanges de substances actives sur la survie des abeilles et des pollinisateurs.

(…)

(…) lisons les trente pages du rapport rendu public : le mot « pesticide » n’y figure pas. Le mot « insecticide » non plus, pas même une litote aussi bénigne que « produit phytosanitaire ».

On cherche, en vain, les mots « agriculture », « pratiques agricoles »… On se frotte les yeux. C’est un peu comme si une étude épidémiologique sur les causes du cancer du poumon avait non seulement omis de questionner les participants sur leur consommation de tabac mais que, de surcroît, les mots « cigarette » ou « tabagisme » aient été exclus de son compte rendu.

(…)

Cette pudeur sémantique rappelle celle des vieilles études financées par les cigarettiers américains, qui attribuaient d’abord le cancer du poumon à la pollution atmosphérique, au radon, aux prédispositions génétiques et, éventuellement, au… « mode de vie » – c’est-à-dire à la cigarette.

Que la science se pratique dans un contexte où il n’est pas possible d’énoncer un fait aussi trivial que le caractère nocif des insecticides pour les insectes devrait nous porter à une profonde inquiétude. Pas forcément pour les abeilles mais, surtout, pour ce que cela dit de notre société.

La pollution et la destruction de notre environnement, ainsi que l’épuisement des ressources naturelles progressent rapidement et sans retenue. On appelle écocide la destruction partielle ou totale des écosystèmes.

Toute vie sur terre, notre coexistence pacifique et notre bien-être dépendent d’écosystèmes : la nature fournit toutes les ressources nécessaires. Nous devrions apprécier et protéger cette générosité.

C’est pourquoi nous demandons que les crimes contre la nature soient reconnus comme écocide. Nous voulons que l’Écocide devienne un crime pour lequel des sociétés et des personnes puissent être jugées responsables selon le droit pénal et le principe de la responsabilité supérieure.

Vous pouvez nous aider à rendre cela possible !

Je vous encourage vivement à signer cette pétition et à la diffuser largement.
Elle est destinée à tous les Européens et est accessible en différentes langues.
Le délai est très court (j’ignore pourquoi) et elle n’a pas encore beaucoup circulé.

Prenez le temps de faire défiler quelques photos et de le lire leur légende…

Je vous transfère ce message d’Agir pour l’Environnement :

La Commission Européenne s’apprête à rendre, le 22 janvier prochain, des recommandations très peu contraignantes pour les Etats membres qui souhaiteraient exploiter les gaz de schiste.

Ces Etats n’auront en effet qu’à rendre un « tableau de bord » prouvant qu’ils respectent les mesures environnementales (contrôle des débits d’eau, des émissions de méthane…).

Bien moins contraignantes qu’une directive, ces recommandations vont laisser la porte ouverte aux gaz de schiste et fermer celle de la transition énergétique car :

– Ces mesures ne sont en aucun cas juridiquement contraignantes pour les industriels,
– C’est un pas de plus vers la légalisation des gaz de schiste en Europe,
– Ces mesures sont en contradiction avec les objectifs climatiques de l’Union Européenne,
– Ces recommandations font la part belle aux lobbies industriels, au détriment de notre environnement et de notre santé.

SIGNEZ la pétition pour que l’UE interdise les gaz et huiles de schiste !

L’exploration comme l’exploitation des gaz et huiles de schiste sont désastreuses :

Pour notre eau car une fracturation hydraulique nécessite l’équivalent de six piscines olympiques d’eau ajouté à quelques 700 produits chimiques dont 600 nocifs pour la santé.
Pour nos paysages puisqu’il faut ériger un puit tous les 200 mètres environ. Aux Etats-Unis où l’exploitation est en cours, cela signifie jusqu’à 30 000 nouveaux forages de puits par an.
Pour notre climat car elle entraîne jusqu’à 9% de fuites de méthane sur tout le cycle de production et qu’au delà de 2,5% de fuites de méthane, cette énergie deviendrait plus polluante que le charbon. Cela entraîne également des gaz à effets de serre, ce qui contribue fortement au réchauffement climatique.
Pour notre santé par la pollution de l’eau, de l’air et de nos sous-sols.


Pejak (Santander, Espagne)

A Bruxelles ce lundi 20 janvier 2014, mobilisation à 13h devant le parlement européen (place du Luxembourg) pour défendre le droit d’utiliser et échanger librement les semences paysannes, et contre les brevets sur le vivant.

Êtes-vous à Bruxelles demain ? Et si vous participiez ?

A l’appel de la plate-forme D19-20, de nombreux représentants et membres actifs de la société civile belge sont donc à présent réunis et déterminés pour construire et maintenir un rapport de force contre les attaques menées par l’Union Européenne et subies par toutes les couches de la population.
Ensemble, nous affirmons notre engagement à faire converger nos luttes et à créer l’unité contre les politiques ultralibérales et les politiques d’austérité incarnées par le TSCG et le Traité transatlantique, pour la démocratie, la souveraineté alimentaire et l’avenir de la planète.
Nous appelons à se rassembler et faire monter la pression au niveau belge pour perturber le sommet européen du 19 et 20 décembre prochain à Bruxelles.

(…)

Le 19 dès 7h nous occuperons de façon non-violente une série de carrefours stratégiques en vue d’empêcher la tenue du sommet européen du 19 et 20 décembre.

Plus d’informations sur http://www.cnapd.be/Blocage-du-sommet-europeen-18-et693.html

Edit> https://bxl.indymedia.org/spip.php?article2897

Appel à tous les Européens : une pétition en ligne demande à l’UE d’arrêter le massacre avec sa nouvelle loi sur le monopole des semences, signez-la et diffusez-là s’il vous plaît c’est vital !

Delf vous explique ici quelques conséquences pratiques de cette loi inique. Il y a même une chouette vidéo pédagogique. Et non ce n’est pas de la science-fiction malheureusement !

« Tant que la croyance subsistera qu’il faut obéir aux lois même quand elles sont injustes, l’esclavage perdurera. » (Gandhi)

PS : Il y a quelques semaines, 11 citoyens belgikistanais étaient reconnus coupables d’association de malfaiteurs pour avoir participé à un arrachage de patates ogm dans un champ qui était illégal ! Si ce précédent confirme après le recours, ce serait extrêmement grave et préjudiciable pour notre démocratie – enfin le semblant de démocratie qu’il nous reste…

Je suis au regret de vous annoncer que ces p%ù*$@& de lobbies de merde qui tirent les ficelles de l’UE ont gagné la première manche 👿

Une coalition d’intérêts divergents au sein de l’Union européenne a empêché la constitution d’une majorité pour interdire pendant deux ans plusieurs pesticides mortels pour les abeilles, a-t-on appris de sources européennes. La Commission européenne a expliqué que le vote organisé au sein d’un comité d’experts « n’a pas permis de dégager une majorité qualifiée en faveur ou contre sa proposition ».

(source : Le Figaro du 15/03/2013)

En gros, on peut remercier 13 états (dont la Belgique, la France, l’Italie, l’Espagne et la Pologne) qui ont voté pour l’interdiction – enfin interdiction c’est un grand mot, il ne s’agissait en réalité que d’une suspension pendant deux petites années de l’utilisation de trois néonicotinoïdes (clothianidine, imidaclopride et thiaméthoxame) pour certaines cultures (maïs, colza, tournesol et coton).

Alors merci d’avance aux habitants des pays suivants d’augmenter la pression sur leurs gouvernements respectifs qui ont voté contre le texte en dépit de tout bon sens : Tchéquie, Slovaquie, Roumanie, Irlande, Grèce, Lituanie, Autriche, Portugal et Hongrie.

Et pareil pour ceux qui se sont abstenus alors qu’ils auraient pu faire pencher la balance, notamment Allemagne (patrie de Bayer, est-ce un hasard) et UK qui disposent de beaucoup de voix !
Les multinationales pourraient au moins avoir la décence de savourer leur victoire financière en silence, mais non : Syngenta a publié un communiqué en se disant « heureux que les Etats membres de l’UE aient rejeté la proposition de la Commission européenne« …

Ne quittez pas, je vais me pendre vomir puis je reviens !

Copié-collé venant de la pétition française :

Depuis plus de 50 ans, les pratiques agricoles industrielles qui polluent le sol, l’eau et l’air ont été subventionnées et encouragées, alors que l’agriculture de qualité a largement régressé. Avec près de 50 milliards d’Euros annuels, la Politique Agricole Commune représente 40% du budget européen. Ainsi, ce sont vos impôts qui sont gaspillés.

Les dommages pour nos campagnes et notre agriculture sont frappants : en Europe 3,7 millions d’emplois agricoles ont été perdus au cours de la dernière décennie, et 300 millions d’oiseaux des champs ont disparu depuis 1980. En France, 91% des cours d’eau sont contaminés par les pesticides. C’est inacceptable ! Le temps est venu de transférer les aides publiques vers des pratiques agricoles qui respectent l’environnement, et permettent de produire une alimentation saine aujourd’hui et pour les générations futures. Il est plus que temps d’avoir une politique agricole qui bénéficie à la société dans son ensemble.

Si vous ne voulez pas que vos impôts subventionnent des pratiques qui dégradent l’environnement et les paysages et contribuent à la diminution du nombre d’emplois en agriculture, demandez à vos députés européens de voter mi-mars pour une politique agricole plus verte et plus juste. Pour la première fois depuis 50 ans les députés européens sont en mesure d’orienter la Politique Agricole Commune vers plus de durabilité et moins de gaspillage d’argent public. Il s’agit d’une occasion à ne pas manquer !

Pour les Belges : lien vers la pétition

Pour les Français : lien vers la pétition

Commentaires récents

Alain dans En mode colibri
Hervé dans En mode colibri
Alcib dans J’aurais dû être boucher…
Alain dans En mode colibri
Hervé dans J’aurais dû être boucher…

Archives

Conditions d’utilisation

Vous pouvez utiliser les textes et photos de ce site à condition que vous en citiez/linkiez la source et que l'usage ne soit pas dégradant.
Aucune utilisation à des fins publicitaires (i.e. commerciales, politiques, etc.) n'est autorisée.
Si vous souhaitez utiliser une photo à des fins privées (fond d'écran, etc.) : servez-vous, c'est fait pour !!

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.