You are currently browsing the tag archive for the ‘surconsommation’ tag.

Une fois n’est pas coutume, un petit tour sur le site du Figaro…

Effet de serre : dans vingt ans, il sera trop tard (extraits)
Par J.-Y. Le Déaut et N. Kosciusko-Morizet (Députés PS et UMP).

Rassemblés au sein de la mission d’information parlementaire sur l’effet de serre, nous avons travaillé six mois à auditionner, à réfléchir, puis à proposer. Chacun, toutes tendances confondues, a pu mesurer l’ampleur de la tâche et l’urgence du sujet.

Le constat est désormais unanime et s’impose à nous comme une inquiétante évidence : l’effet de serre est la plus grande menace et le défi majeur du XXIe siècle. Les conséquences du changement climatique sont prévisibles, pour certaines déjà présentes. On parle déjà des premiers «réfugiés climatiques». Les scientifiques du monde entier ne cessent pas de tirer la sonnette d’alarme : si nous ne changeons pas d’attitude, nous irons droit dans le mur. Les ruptures sont nécessaires à partir d’aujourd’hui, car tout porte à croire que dans vingt ans, il sera trop tard. L’insouciance énergétique nous a conduits au dérapage climatique. Nos modes de production et de consommation y ont grandement contribué tout au long des deux derniers siècles. C’est un constat avéré.

L’effet de serre inaugure une période nouvelle sur toute la surface de la terre et pour tous les peuples. L’immobilisme est désormais interdit. Il serait suicidaire. Nous voici donc face à l’enjeu écologique majeur, et il est déjà trop tard pour l’éluder. Les implications socio-économiques de l’effet de serre sont au coeur même des équilibres géostratégiques : contraintes énergétiques, conditions du dialogue entre les pays du Nord et du Sud, nouvelles formes de migration. Le climat définit, en somme, les contours d’une nouvelle gouvernance mondiale.

Face à des phénomènes sans précédent, nous apportons, par facilité, quelques correctifs, souvent techniques, parfois juridiques, mais nous ne sommes pas engagés dans une réelle remise en cause de notre modèle de développement. Que le Parlement s’en soit saisi est une aubaine, et là est également son rôle (1).

Il n’est pas trop tard, mais presque. Les mesures doivent être prises dans la décennie. Nous sommes désormais dans un nouvel âge de la responsabilité. Aussi insurmontable que cela puisse paraître de prime abord, nous devons changer de mentalités et de comportements, mais aussi sensibiliser les autres. Nous devons développer nos connaissances et les partager aussi avec d’autres pays : dans un monde de plus en plus «globalisé», les solutions devront l’être également.

Au responsable politique, bien sûr, de réécrire toutes nos politiques publiques. Aucune ne peut échapper à ce surgissement de l’écologie, comme une donnée, une contrainte, un moyen. Mais l’Etat ne doit pas demeurer le seul acteur. Le gouvernement de cet avenir-là appartient à chacun, collectivités locales, entreprises, associations, citoyens.

(…)

Ce texte est cosigné par les députés Chassaigne (CR), Hillemeyer (UDF), Poignant (UMP), Tourtelier (PS), Billard (Verts), Gest (UMP).

Qu’offrir à des gens qui ont tout et bien plus encore ? Comment ne pas entrer dans le jeu de la surconsommation, de l’achat de mode, du gadget superflu ?

Je les vexerais à coup sûr si je ne leur offrais rien, ou trop petit, ou pas assez recherché à leurs yeux… je me sens piégée par la commercialisation de cette fête, par notre société matérielle qui rend les gens toujours insatisfaits. Il faut bien les frustrer pour qu’ils continuent d’essayer d’acheter le bonheur promis par les publicités… publicités innocentées par leurs propres victimes, c’est quand même fort.

A l’approche de la Journée Sans Achat, il est temps de répéter nos prières – trop souvent négligées – avant de nous rendre au Temple. Aussi je vous propose de prier un moment en compagnie de l’Eglise de la Très Sainte Consommation. Répétez après moi, mes biens chers frères consommateurs :

Publicité, je t’aime de tout mon coeur et par-dessus toute chose,
Parce que je sais que tu ne veux que mon bonheur.
ô je prie nuit et jour, que tes enseignes continuent d’illuminer ma pauvre vie !
Je t’offre mon cerveau et je t’en supplie,
Dicte-moi mes désirs!
Amen.


Totem Portable

Ô Télévision,
Ta lumière bleutée éclaire ma pauvre vie,
Tes émissions-poubelles balisent mon imaginaire,
Et rendent mon cerveau disponible pour la Pub !

Ô Télévision,
Grâce à toi s’anéantit ma vie sociale,
Tu nous isoles et nous individualises,
Pour nous montrer le dieu de la Publicité et du Profit !

Ô Télévision,
Toi qui éduques nos enfants et gardes nos grands-parents,
Louons tes stars de l’info-spectacle et leur prêt-à-penser,
Dicte-nous nos émotions et donne-nous notre peur quotidienne.

Ô Télévision,
Toi qui tues la conversation pendant nos repas,
Et qui nous sers des morceaux d’Humain à la messe de 20H,
Je te vénère trois heures et demie par jour !
Alleluya !

Si toi aussi tu veux prier avec tes frères consommateurs devant l’un ou l’autre Temple, n’hésite pas ! Organise un gentil petit rassemblement, emporte ton mégaphone et ta bure de moine, et bien sûr ta foi sans limite, ta foi sans… prix.

Au nom du Pèze, du Fric, et de la Carte de crédit, je vous salue.

Commentaires récents

Alain dans En mode colibri
Jennifer.muller dans Rigole d’Yonne : l…
Zia Darma dans En mode colibri
Alain dans En mode colibri
Hervé dans En mode colibri

Archives

Conditions d’utilisation

Vous pouvez utiliser les textes et photos de ce site à condition que vous en citiez/linkiez la source et que l'usage ne soit pas dégradant.
Aucune utilisation à des fins publicitaires (i.e. commerciales, politiques, etc.) n'est autorisée.
Si vous souhaitez utiliser une photo à des fins privées (fond d'écran, etc.) : servez-vous, c'est fait pour !!

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.