You are currently browsing the tag archive for the ‘SNCF’ tag.

France, Val-de-Marne. Un soir d’octobre 2007, Alexandre Baret, père de 4 enfants et membre de RAP, appose sur une portière du RER D un autocollant pastichant le célèbre lapin crétin de la SNCF (« Ne mets pas tes mains sur les portes, tu risques de te faire pincer très fort. »)

« Face au harcèlement publicitaire dont les usagers de la SNCF sont victimes et à la surdité des dirigeants, j’ai commis un acte banal de résistance non-violente en apposant un autocollant humoristique sur une portière de rame de train. Agissant de manière assumée, à visage découvert, j’ai été pris en flagrant délit, donc logiquement verbalisé.  »

lapinrose
« Attention! Ne mets pas tes yeux sur les pubs : tu risques de te faire manipuler très fort. »

Il refuse de payer une amende pour ce « geste symbolique et non dégradant, à vertu didactique, relevant de la désobéissance civique« . Il a été cité à comparaître devant la justice où il entendait ouvrir un débat : « vendre du temps de cerveau disponible, est-ce bien la vocation de la SNCF ? » Lire à ce propos ses arguments dans sa très intéressante Lettre ouverte à Guillaume PÉPY, PDG de la SNCF (sans réponse à ce jour).

Il a comparu au tribunal de police de Charenton-le-Pont (94) ce 11 décembre 2008, il avait apporté des lettres de soutien de personnalités comme le sociologue Edgar Morin ou Claude Got, spécialiste des questions de santé publique. Une dizaine de militants antipublicitaires venus lui apporter leur soutien, ainsi que des journalistes, se sont vu refuser l’accès au tribunal pendant une demi-heure par des policiers, avant d’être finalement autorisés à assister à l’audience publique.

La SNCF, partie civile, demande 1 € de dommages et intérêts et 500 € pour les frais de justice. « Le tribunal n’est pas une tribune« , selon la représentante du ministère public, qui a dénoncé une « procédure dévoyée de son objectif initial« , avant de requérir une peine d’amende de 300 € pour cette infraction de « publicité non autorisée » (!!).

Quand une grève à la SNCF « prend le pays en otage« , c’est « aussi une tribune« , a fait valoir l’avocate de M. Baret, Me Caroline Marcel, en soulignant l’absence de « dommage » pour la SNCF dans le cas évoqué à l’audience. Elle a demandé une dispense de peine.

« Je ne conteste pas l’infraction au droit pénal« , a déclaré le prévenu devant le tribunal, avant de dénoncer l' »attraction publicitaire sciemment organisée par la SNCF. Il y a 57 000 affiches sur le réseau, et 1800 écrans plasma vont être ajoutés. »

Le jugement sera rendu le 12 février 2009. Quant au lapin, cette histoire de légitime réponse l’a terriblement marqué, à tel point que depuis il s’est reconverti.

Ces derniers temps j’ai constaté – à plusieurs reprises – que la France, l’air de rien, avait trouvé une stratégie assez sournoise pour pousser la planète vers une nécessaire décroissance – des p’tits vicieux ces Français, je l’ai toujours dit.
La clé de cette stratégie s’appelle : la SNCF. Grâce à ce puissant agent, la France parvient à de surprenants résultats, qui dépassent toutes les espérances du secret projet initial.

Exemple : vous n’êtes pas sans savoir que la Belgique possède le taux de productivité le plus élevé au monde ? Eh bien, il ne restera bientôt plus que cendres et poussières de ce stupide cocorico national ! Tout ça grâce à la SNCF, oui oui. Comment ? Minute papillon, je vous explique.

En organisant des retards lourds et délibérés sur ses lignes (surtout le dimanche soir), la SNCF permet en effet de faire perdre leur temps et leurs nerfs (en plus de leur argent) aux travailleurs, de leur faire louper la moindre correspondance qu’ils auraient naïvement espéré prendre, et de les faire arriver ensuite à des heures impossibles, fourbus et éreintés, à leur domicile.

Mais attention, arrivés à ce stade, pas moyen de se reposer pour autant ! Les circonstances étant étudiées pour être tellement énervantes qu’il faudra au moins une bonne heure aux travailleurs pour arriver à se détendre et s’endormir.

Le lundi matin, un mollusque maladroit et invertébré se lèvera et se rendra jusqu’à son travail à l’aveuglette, comptant sur l’habitude pour ne pas se perdre en route. Toute la semaine, traînant sa dette de sommeil et son mal de crâne, il butera sur les mots, aura une vision trouble, fera des erreurs grossières, et prendra trois fois plus de temps que de coutume pour connecter deux neurones entre eux.

Pour faire un peu de prosélytisme, la SNCF s’est notamment investie dans Thalys. Du coup ses voisins belges, allemands, français et néerlandais bénéficient du système. Ainsi, la SNCF crée de merveilleux travailleurs euro-zombies. Je reste sans voix devant tant de machiavélisme.

C’est à eux de nous faire préférer le train.

Commentaires récents

Alain dans En mode colibri
Hervé dans En mode colibri
Alcib dans J’aurais dû être boucher…
Alain dans En mode colibri
Hervé dans J’aurais dû être boucher…

Archives

Conditions d’utilisation

Vous pouvez utiliser les textes et photos de ce site à condition que vous en citiez/linkiez la source et que l'usage ne soit pas dégradant.
Aucune utilisation à des fins publicitaires (i.e. commerciales, politiques, etc.) n'est autorisée.
Si vous souhaitez utiliser une photo à des fins privées (fond d'écran, etc.) : servez-vous, c'est fait pour !!

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.