You are currently browsing the tag archive for the ‘chaton’ tag.

Bande-son : Le poème harmonique – Blanche biche

Le jour de la fête nationale, beaucoup de gens « biberonnent »…

Moi aussi, mais pas de la même façon 😉

Il y avait bien une brave Margot dans les invités, seulement elle doit avoir l’âge de la Margot originale ^^

Peut-être que ce chaton, une fois sevré et soigné, rejoindra Miss & Bimini.

Let me introduce you… The Chatounets !


Mini-Roro, alias « je-ronronne-dans-les-jambes-du-premier-qui-passe », dans le rôle de l’affamé pot-de-colle


Mini-Mousty, alias « approche-approche-je-vais-te-péter-la-chgueule », dans le rôle de l’affamé hyperactif

(bientôt sur vos écrans)

Toujours dans le village de R., allant dans une rue où nous n’avions en fait rien à faire et s’apprêtant donc à rebrousser chemin, je vois sous une voiture un chaton et un chien. Le chien est bas sur pattes, à poils longs, avec deux couettes (!)
Pas de maman-chat ni de fratrie féline à l’horizon.

Quelqu’un sort de la maison et se met à rappeler un des animaux (on risquait sûrement de lui faire du mal, vous pensez bien, des inconnus…) J’apostrophe la dame – jeune, pour changer – en lui demandant si c’est le chien ou le chat qu’elle appelle. Chacun son tour d’être curieux, après tout. Il s’agit du chien.

Je lui demande si elle sait à qui le chaton appartient. Il me semble trop jeune (je dirais environ 3 mois, 4 s’il a un retard de croissance) pour se retrouver seul dans la rue et son état général laisse sérieusement à désirer : des poils souillés collés au corps, des yeux plein de pus et qui n’arrêtent pas de couler, un début de gros ventre dû à la malnutrition, des éternuements de coryza, les oreilles très sales (gale ?), etc.

La dame me répond qu’il traîne dans la rue, qu’elle a bien déjà essayé de le nourrir mais « il ne veut rien manger ». Je ne sais pas trop si je dois la croire, mais d’un autre côté ça ne semble pas invraisemblable non plus puisqu’avec le coryza il n’a peut-être plus d’odorat. Je lui demande si elle ne voudrait pas s’en occuper davantage car tout seul il n’a aucune chance de survie… elle n’en a rien à foutre et me le dit poliment.

Le chaton est assez vif malgré son piètre état, il n’est pas farouche et gambade résolument à nos côtés. Il ronronne dès qu’on lui fait la moindre caresse… Deux maisons plus loin, une vieille dame ne peut plus résister à la curiosité et se met sur le pas de sa porte pour voir ce qu’il se passe. Je l’interpelle pour lui demander si elle a une idée des propriétaires de ce petit chou.

Non, elle n’en a aucune idée, mais elle le trouve mignon et fait quelques pas vers lui. J’en profite pour demander si elle pourrait se charger de lui, ne serait-ce que pour le confier à une association ou un vétérinaire, car dans la rue il va crever… je lui précise bien que je ne suis pas du coin et que je me vois mal le ramener en Belgique.

La vieille dame prend une figure inquiète et fait marche arrière pour rentrer dans l’abri de son corridor. Elle me dit rapidement, mal à l’aise, qu’elle ne peut pas s’en occuper car elle « sait à peine marcher » (ah ouais ? j’ai pas remarqué !!) et que « elle ne reste pas sinon elle va s’apitoyer »… clac, fermeture de la porte d’entrée.

Super. T’as peur de te rendre compte que t’as un coeur et qu’il fonctionne encore ??

Bon, c’est pas tout ça mais qu’est-ce qu’on va faire de toi, petit Mousty miniature ? On ne peut pas te prendre… La SPA est à moins de 10 km, mais que vont-ils faire de toi, dans ton triste état et avec les tonnes de chatons qu’ils doivent sûrement avoir à placer en ce moment ? Un dimanche après-midi, je ne peux même pas te trouver de nourriture…

Hop, dans la poche kangourou d’AàG, on le ramène jusqu’à la voiture. Je mets un de mes vieux pantalons dans un carton et j’y dépose le chaton. Je lui donne à boire, il avait fort soif malgré le temps pluvieux… Ensuite je lui offre les restes de notre pique-nique : j’arrache de petits morceaux de mie de pain et je les tartine d’un peu de fromage fondu. Il dévore tout, même sans fromage, et en redemande énergiquement !

Après une séance de nettoyage de ses yeux, beaucoup de câlins (faire gaffe aux atchoums, ierk !) et des têtus ‘mais euuuh, je veux sortir de ma boîteuh !’, il finit par s’endormir dans la chaleur de la voiture… Je demanderai à plusieurs passants s’ils n’ont pas la possibilité de s’en occuper, mais sans succès.

Quelques heures plus tard et une centaine de kilomètres plus loin, on dépose le petit « Quentin » au (minuscule) refuge communal à côté de chez nous… On savait dès le départ qu’on ne pourrait pas le garder, même temporairement, pour de multiples raisons. Entre autres sa contagion (ni la taille ni la configuration des lieux ne permettent une séparation), l’entente entre nos chats et notre bail de location qui autorise deux chats, pas plus.

Le retraité qui s’occupe du refuge le met à part (forcément) et nous dit que dès demain matin il verra le vétérinaire. Il sert un sachet de nourriture au petit qui se rue dessus…
J’espère avoir des nouvelles de Quentin ce soir ou demain, et qu’à présent sa bonne étoile ne l’abandonnera plus.

Pendant ce temps, le « réfugieur » nous explique l’histoire d’un chien qui a été déposé dans un conteneur textile. On estime qu’il y est resté 5 ou 6 jours. Quand le container a été ouvert pour récolter les vêtements donnés, il en est sorti la peau sur les os… Il avait tellement faim qu’on a retrouvé un essui (= une serviette pour les Français) dans son estomac. Ils l’ont appelé Lucky…

Filet à papillons chats…

Commentaires récents

Dr. CaSo sur Moisson d’automne
dieudeschats sur =^.^=
Mahie sur =^.^=
Ksé sur =^.^=
nays3 sur =^.^=

Archives

Member of The Internet Defense League

Conditions d’utilisation

Vous pouvez utiliser les textes et photos de ce site à condition que vous en citiez/linkiez la source et que l'usage ne soit pas dégradant.
Aucune utilisation à des fins publicitaires (i.e. commerciales, politiques, etc.) n'est autorisée.
Si vous souhaitez utiliser une photo à des fins privées (fond d'écran, etc.) : servez-vous, c'est fait pour !!

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.