You are currently browsing the tag archive for the ‘belgique’ tag.

C’est notre télé, à moi et aux chats : les oiseaux du jardin. Les mangeoires pendues aux pommiers du verger ne restent jamais seules très longtemps !

On n’est pas vraiment équipé pour prendre tout ce beau monde en photo mais on a essayé et voici ce que cela a donné :


Geai des chênes


Pic épeiche

Le geai est trop gros pour se pendre au filet, il se campe sur la branche au-dessus et ramène le filet jusqu’à lui, donnant des coups de bec jusqu’à réussir à faire des trous dedans.

Le pic épeiche parvient parfois à rester digne (càd vertical !), mais souvent il se retrouve « sur le dos », position de moindre effort et tellement confortable pour déjeuner 😆

On a aussi régulièrement un pic vert et parfois un pic noir.


Bouvreuil pivoine mâle


Bouvreuil pivoine femelle

Les bouvreuils viennent souvent en couple, une fois qu’ils s’installent à la mangeoire il y en a pour un bon bout de temps. Enfin il faut dire qu’ils passent plus de temps à scruter les environs qu’à becqueter.

Je ne sais pas pourquoi ce bouvreuil-ci a une tache blanche sur la tête, ça donne l’impression qu’un autre lui a fienté dessus :mrgreen:

Tournesol, cacahuètes, boules de graisse… tout est bon pour ces froufroutants volatiles au vorace appétit.


Verdier


Mésange charbonnière

Le verdier est le squatteur par excellence, les autres ont beau essayer de faire de l’esbrouffe en venant voler tout près pour le chasser, il y est il y reste ! Au contraire de la sitelle torchepot qui fait un boucan incroyable et part ensuite immédiatement planquer sa graine dans le tronc.

Les charbonnières ne sont pas nos seules mésanges, on en a souvent des bleues et parfois des huppées, des nonnettes (ou boréales, je ne sais pas les distinguer), des à longues queue… celles-là je les adore, on les attend avec impatience à chaque migration. Ces rondelettes petites boules de plumes viennent entre copines, ne sont pas du tout farouches mais extrêmement bavardes. Elles rendent les chats dingues et j’ai l’impression qu’elles s’amusent beaucoup à faire tourner Roro en bourrique !

Regardez-moi ce goulaffe, je me demande jusqu’à combien de cacahuètes il peut s’enfourner dans le bec ?

Je regrette de ne pas avoir vu le rouge-gorge pendant cette séance photo, j’avoue avoir un petit faible pour cet effronté batailleur 🙂

Heureusement que nos chats sont bien nourris et pas très doués pour la chasse :mrgreen:

Appel aux cyclistes !

Ce dimanche 28 octobre 2012 de 13h à 16h aura lieu le « Tour de l’austérité ».

Si la course au profit vous intéresse, le départ se fera aux arcades du Parc du Cinquantenaire (Bruxelles).

Plus de détails sur le site du collectif « Dites 33 ! ».

Extrait :

Comme disait Pierre de Coubertin, l’important c’est de participer : tout le monde est convié au Tour de l’Austérité. De 7 à 77 ans, tous pourront rejoindre la dernière équipe du Tour : les « 99 % ».

Mais, disons-le d’emblée, les règles du jeu sont faussées, nulle victoire a priori n’est possible dans un tel cadre. Les prix et le profit pour les uns, l’austérité pour les autres ?

5.679.955.000, c’est quoi me direz-vous ?

C’est le nombre d’euros récoltés lors de la dernière émission de l’année des bons d’État belges. Soit près de 5,7 milliards en 7 jours ouvrables !
Les deux précédentes émissions avaient à peine rapporté 87 millions d’euros (juin) et 77,1 millions d’euros (septembre).

L’appel du premier ministre sortant (et son relai dans les médias) n’y est bien sûr pas étranger, de même que le fait que cette émission ne devrait a priori pas être soumise à l’augmentation du précompte mobilier sur les intérêts décidée par nos zélus. Le taux était également plus élevé qu’usuellement (4% brut, soit 3.4% net pour les bons à 5 ans), ce qui est évidemment plus intéressant qu’un compte d’épargne, mais cependant :
– ce taux ne couvrira pas l’inflation (3.85% sur base annuelle pour l’instant)
– le marché secondaire des OLO offrait des taux bien supérieurs
– le spectre d’une disparition (scission) ou faillite de la Belgique est toujours agité comme un épouvantail
– certains mettaient l’accent sur la clé de répartition favorable à la Flandre, l’incompétence de nos politiciens, etc. comme arguments pour ne pas investir.

Pourquoi un tel succès dès lors ? Pourquoi friser les 6 milliards quand Leterme n’espérait grâce à son appel ‘que’ 200 millions ? Je ne suis pas analyste financière, que du contraire, mais je vois au moins trois raisons (outre l’attrait, relatif comme nous l’avons vu, du taux) :

– faire un devoir civique et un geste politique : montrer que les Belges, après je-ne-sais-plus-combien de jours sans gouvernement (j’ai arrêté de compter après 500), croient encore en leur plat pays – sa devise n’est-elle pas « L’union fait la force » ? Au passage ça donne une petite leçon de civisme à nos lamentables zélus qui ne se rappellent pas souvent être nos représentants.

– donner un signal aux banques, aux marchés et aux agences de notation : on en a marre de subir leurs chantages, leurs diktats, leurs caprices et leurs prophéties autoréalisatrices. Renationaliser un peu la dette nationale va dans le sens de réduire leur pouvoir, or il y a beaucoup d’épargne en Belgique.

– montrer une solidarité financière éthique : de toute façon, les intérêts de la dette, c’est l’état donc le peuple qui les paie : au plus on emprunte à des taux élevés, au plus la population est pressée. Dans ce cadre, celui qui choisira d’acheter des OLO sur le marché secondaire en se faisant du 5.5% plutôt que des bons d’État à 4% se retrouve finalement dans la philosophie « privatisation des bénéfices, collectivisation des pertes » bien qu’à moindre échelle.

Suite à ce coup de force des épargnants, le taux des obligations belges à long terme, après avoir atteint des sommets en quelques jours suite au blocage des négociations et à la dégradation du rating, s’est dégonflé comme un ballon en passant de plus de 5.8% à… 4.6%.

Les banques n’ont pas aimé voir l’argent des livrets d’épargne s’envoler, faut les comprendre ! Même si elles se font quand même une marge confortable sur la vente des bons d’état (0.95%). En gros, sauf erreur de ma part, elles ont reçu 54 millions d’euros mais se retrouvent privées de dizaines de milliards « fictifs » avec lesquelles elles ne pourront pas jouer. Juste une tapette sur les doigts, sans doute, mais quand une population commence à se bouger on ne sait jamais jusqu’où les choses peuvent aller…

Après ‘Made in Asia‘ l’année dernière, petite visite ce samedi à la Japan Expo made in Belgium… toujours bien accompagnée, et même doublement !

Après 3/4h de file à l’extérieur, heureusement par temps doux et sec, et après s’être fait arnaquer d’1 euro sur le prix de l’entrée par rapport à ce qui était annoncé sur leur site web, nous voici enfin à l’intérieur du site.

Ce qui est bien à Tour & Taxis par rapport aux palais du Heysel, ce sont les toits industriels en chevrons avec une face vitrée.

Grâce à toute cette lumière entrante, c’était plus facile de photographier les cosplayeurs sans avoir de flou de bougé (mais gare aux contre-jours).

Par contre l’espace alloué au festival était carrément trop petit pour accueillir autant de visiteurs.

Ils ne s’attendaient manifestement pas à une telle affluence et je pense que tout le monde n’a pas pu entrer.

Du coup c’est la foule au moindre stand et tous les passages sont embouteillés. Moins pratique pour faire des photos.

Les arts traditionnels du Japon n’ont pas été oubliés.

Ici une démonstration de karaté et des origamis, mais il y avait également des bonsaïs, des massages, de la calligraphie, du furoshiki, des taikos, etc.

Grosse déception : ce sont de faux katanas et de vrais parapluies. Ouin !

Quatre « militaires » m’ont bien fait rire, à danser une chorégraphie sur du Britney Spears, en parallèle de la scène 😆

C’était décalé et hilarant, merci à eux pour le spectacle !

Pour clôturer, mon coup de cœur cette année :

Avec la mer du Nord pour dernier terrain vague

Et des vagues de dunes pour arrêter les vagues

Et de vagues rochers que les marées dépassent

Et qui ont à jamais le cœur à marée basse

Avec infiniment de brumes à venir

Avec le vent de l’est écoutez-le tenir

Le plat pays qui est le mien

Honte sur moi, je n’avais jamais pris le temps de partager les photos de la visite que nous fîmes à l’abbaye (« abeille », comme prononce une collègue italienne 🙂 ) de Villers-la-Ville en bonne compagnie (oui, ça date !).

La paternité des photos revient à AàG.

La paternité des ruines revient à la révolution française.

La paternité des couleurs revient à l’automne flamboyant.

Je me demande s’il restera quelque chose à fêter jeudi prochain…

Ces photos datent de mi-décembre, lors des premières ‘vraies’ chutes de neige – entendre par là : de quoi blanchir intégralement le paysage.

On a quitté le village pour monter dans le silence de la forêt, il n’y avait quasiment aucune empreintes humaines – mais bien celles d’un molosse !

On est arrivé sur le plateau où se trouvent les champs. Le soleil semblait à peine se lever, pourtant il était 11h.

Les chevaux n’avaient pas encore reçu à manger, le tracteur était seulement en train d’apporter une botte de foin à la première prairie, causant une certaine agitation équine :mrgreen:

Les poulains, malgré qu’ils soient presque aussi grands que leur mère, n’hésitaient pas à demander à téter !

Nous avons finalement vu arriver le bon gros toutou qui laissait ses empreintes partout. Il faisait une inspection de son territoire en courant, et a à peine pris le temps de nous saluer (j’aime autant !).

Pendant toute cette partie de la promenade, nous avons marché dans les traces d’un quad 🙄

Finalement on a atterri dans une zone qu’on ne connaissait pas, avec de grosses maisons dispersées dans la forêt.

On s’est posé pas mal de questions concernant les dégâts subis par cette grille 😆

Retour au chaud et aux chats…

Les voies de Dieu sont impénétrables… surtout dans les églises belges.

Si vous comprenez le sens de ces affiches, merci de m’éclairer !

Pour comprendre et déconstruire la logique du système publicitaire dans une ambiance festive, je vous invite à assister à la seconde Nuit des Publiphobes.

Quoi : exposition, film, débat, spectacle, DJ’s… Le programme complet est disponible sur le site de Respire asbl.
Quand : vendredi 30 janvier 2009 à partir de 19h
Où : au cinéma Nova à Bruxelles (3 rue d’Arenberg)

N’hésitez pas à relayer !

Commentaires récents

Alain dans En mode colibri
Hervé dans En mode colibri
Alcib dans J’aurais dû être boucher…
Alain dans En mode colibri
Hervé dans J’aurais dû être boucher…

Archives

Conditions d’utilisation

Vous pouvez utiliser les textes et photos de ce site à condition que vous en citiez/linkiez la source et que l'usage ne soit pas dégradant.
Aucune utilisation à des fins publicitaires (i.e. commerciales, politiques, etc.) n'est autorisée.
Si vous souhaitez utiliser une photo à des fins privées (fond d'écran, etc.) : servez-vous, c'est fait pour !!

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.