A trois, ils remplacent un orchestre et un chœur. Et avec quel talent ! L’atmosphère, les émotions, tout y est… Ils me donnent des frissons.

Et la furieuse envie de revoir ce chef-d’œuvre.

Quelle est la probabilité pour que, sur un carton de 6 œufs, 5 aient un double jaune ? (le dernier avait un jaune unique mais énorme)

Pourquoi se sent-on davantage seul quand les autres sont accompagnés ?

Cela fait longtemps que je voulais vous donner quelques nouvelles de Biminiminou. Le p’tit nerveux a maintenant 13 ans mais il en paraît bien 5 de plus car il a toujours eu des ennuis de santé, entre son espèce d’asthme et son calicivirus. Dans son jeune temps ça se réglait en 1 ou 2 piqûres par an, maintenant il a un abonnement mensuel chez la véto.

Quand les injections de cortisone sont devenues plus fréquentes on a essayé de trouver des alternatives. J’ai aussi vu 3-4 autres vétos. On a essayé le laser. On a enlevé la seule et unique molaire qu’il lui restait (les autres étaient déjà tombées toutes seules, seules subsistent ses canines). Il est très brave pour se laisser soigner. Hélas, rien n’y a fait. On continue donc avec la cortisone tant que ses reins tiennent le coup. Tant que ça permet de le soulager, surtout.

IMG_20190706_193425

Comme pour Miss, je ne vous mets pas une photo récente car ça fait trop mal au cœur. Cette photo date de l’été 2019. Le pauvre a en permanence à la gueule des stalactites géantes de bave épaisse et parfois ensanglantée (c’est d’ailleurs super chouette quand il se secoue pour les éliminer, ou qu’il vient se frotter…) Il ne se lave plus, il arrache des touffes de poils à la place, qu’il sème avec application dans toute la maison. Parfois il fait pipi n’importe où, souvent dans la baignoire heureusement.

Jusqu’à présent on parvenait à maintenir plus ou moins son poids, mais ces derniers temps la descente commence à s’amorcer. De plus en plus souvent il reste prostré devant son bol, il a faim mais il a trop mal. Même pour du filet américain, du thon ou des crevettes (oui Valérie, je me suis dit que si ça marchait avec Chamade, ça valait le coup d’essayer…) Et puis soudain il se décide et sort méthodiquement chaque morceau de son bol pour le poser aux environs, ne parvenant pas à l’avaler du premier coup. C’est le carnage et faut pas être maniaque, mais au moins il mange.

Il dort la majeure partie du temps sur le sommet du canapé et cependant il reste vif, toujours partant pour me harceler (au cas où je n’aurais pas compris ce qu’il voulait), pour ronronner ou pour aller provoquer Moineau. Faut pas que déconner : c’est Toujours-Le-Même qui reste le chef, non mais oh ! D’ailleurs c’est curieux mais la nourriture dans le bol des autres est nettement plus appétente et plus facile à manger que la sienne… il fait des raids vide-bols quotidiens au nez et à la barbe des Flamands, qui du coup lui rendent la pareille (enfin juste Moineau, pas Madame Kennedy qui a sa dignité).

Je ne suis pas sûre qu’il verra l’été, ce sacré Piranha…

Prologue. C’est bizarre, on dirait que Miss a une oreille plus grande que l’autre. Je n’avais jamais remarqué. Enfin c’est pas non plus comme si j’étais réputée physionomiste, ah ah.

Acte 1. La dissymétrie ne fait plus de doute, et c’est renflé sous l’oreille. Serait-ce parce qu’elle tient la tête penchée de ce côté depuis des années, depuis ce qu’on avait soupçonné être un AVC ? Est-ce qu’un différentiel de vascularisation pourrait expliquer…

Acte 2. D’après la description, la véto pense à une otite ou un abcès. Cependant ce n’est pas chaud et ne paraît pas douloureux. Miss se comporte comme d’habitude. Cette ex-sauvageonne accompagne mes longues journées de télétravail de son ronflotement depuis le divan. Avec l’arrivée du froid, elle ne sort même plus pour faire ses besoins et passe chaque nuit à l’intérieur. Finies les missions « infiltration » de sa jeunesse, maintenant c’est squattage en règle ! (Bon faut pas espérer la prendre dans les bras ni l’avoir sur les genoux hein. Quand même. On a sa dignité.)

Acte 3. L’œil de Miss commence à se fermer et couler. Je décide de profiter du rendez-vous mensuel de Bimini et arrive vaille que vaille à la faire entrer dans la cage de transport. Zyva, les miou-miou commencent… ce n’est pas parce qu’elle est devenue un chat de salon que ça autorise à l’amener chez la véto, oh ! Le diagnostic tombe comme un couperet : tumeur. A cet endroit, ça ne s’opère pas, c’est douloureux et ça évolue vite : 3 mois si c’est « gentil », 1 mois si c’est « méchant ». J’encaisse.

Acte 4. Son œil se rouvre un jour suite à l’effet des piqûres et se referme aussitôt. Je n’observe pas d’évolution au niveau de la taille de la tumeur bien que ce soit difficile à dire. Sa tête fait pitié : la moitié droite gonflée, l’oreille déformée, l’œil fermé suppurant et croûté, le nez pas beaucoup mieux, les vibrisses toutes collées, l’arrière-train qui n’est plus lavé, la respiration ronflante en permanence… Et cependant elle mange, elle ronronne, elle ne fuit pas les contacts et se comporte comme d’habitude.

Acte 5. La durée d’action des piqûres a cessé, je ne vois pas spécialement de différence mais je préfère qu’elle reçoive une nouvelle dose, ne sachant pas combien elle souffre. Retour chez la véto et discussion sur le difficile thème du « quand faut-il dire adieu »… Elle m’explique que si j’attends un signal clair du genre ne plus manger ou se planquer dans un coin, il sera déjà trop tard. Qu’un véto ne peut pas dire « c’est le moment », que par contre il peut dire « à partir de maintenant je suis d’accord ». Ensuite elle me regarde en face et elle dit : à partir de maintenant je suis d’accord.

Epilogue. Une semaine plus tard. Miss ne sort plus, ne joue plus, mange moins, et pour la première fois elle m’a délicatement pincé les doigts pour me signaler que la caresse lui faisait mal. J’avais demandé un signal pour cette décision tellement difficile à prendre, je l’ai reçu… C’est le dernier voyage chez la véto. Le bout du chemin pour Miss. Arrivée là-bas elle saute de la table et gratte à la fenêtre pour sortir… l’évasion ne sera pas celle qu’elle croyait.

sP1300838

Qu’est-ce qui :

  • donne de l’énergie
  • améliore la condition physique
  • favorise la réparation de l’ADN
  • prévient la prise de poids
  • renforce le système immunitaire
  • améliore les fonctions cérébrales
  • aide à combattre le stress et l’anxiété
  • régule l’humeur
  • combat la dépression
  • diminue le risque d’accident

Une idée ?

C’était tellement incongru, que mon esprit a zappé. Simplement zappé, avec une facilité déconcertante.
Mes oreilles ont entendu la mélodie et inventé d’autres paroles.

Qu’est-ce que ce sera, la vie sans eux, au retour !

Mon cerveau s’est bien dit que quelque chose clochait, mais j’étais accroupie sur le trottoir, concentrée sur le jeune chat devant la porte, et n’espérais qu’une chose : que cette vieille dame flanquée de deux chiens remuants s’éloigne.

Je n’ai même pas répondu : je pensais qu’elle s’adressait, en voisine, à la propriétaire du chat.

Soudain la phrase originale s’est frayé un chemin jusqu’à ma conscience. Je me suis tournée vers elle, décontenancée. Trop tard, elle était repartie.

Il faudra bien vous laver les pieds, au retour !

J’en suis restée bouche bée et par la suite m’est venue comme une indignation.

Qu’aurais-je pu répondre ? Oui maman ?
Lui expliquer le bien-être et le sentiment de liberté que procure la marche pieds nus ? Comme cela me détend quand je marche dans l’herbe, comme cela me vivifie quand je marche dans l’eau, comme cela me fait sentir princesse au petit pois quand je marche sur un gravillon…

Ce que les racines et la terre battue des sentiers massent, ce n’est pas ma voûte plantaire. N’allez pas croire cela. Ce que les racines et la terre battue des sentiers massent, ce sont les circonvolutions de mon cerveau.
Et elles en ressortent tout assouplies et détendues. Juste ce qu’il me fallait en ce jour.

Un soir, au cours de yoga. Nous sommes tous allongés, les yeux fermés, en train de faire apanasana, la posture du Vent – ça ne s’invente pas.

Soudain, j’entends juste à ma droite un pet sonore et prolongé. Pas juste un coup de trompette, non non, plusieurs notes. Ma première réaction est de réprimer mon fou rire et de penser « oups, la pauvre ! » 😀 (ma seconde réaction est naturellement « pourvu que personne ne croie que c’est moi »)

Tout le monde fait comme si de rien n’était. La prof demande d’inspirer profondément et franchement je ne sais pas ce que ma voisine avait mangé mais ce n’était définitivement pas une bonne idée :-s

Sur le reste de la séance, il y en aura encore deux. Je n’en peux plus. Dans la phase de relaxation, la prof demande « détendez tous vos muscles » et je suis presque prise de panique. Non ! Surtout pas ! Ne vous relâchez pas, pitié

Les semaines suivantes, ce genre de détente gazeuse se reproduira régulièrement. Ça ne semble pas gêner ma voisine. Alors certes, ça peut arriver, personne n’est à l’abri, mais ça m’arrangerait qu’elle se retienne car, à force, ça m’empêche de me concentrer et de me détendre. J’ai sans doute peur de la contagion !

J’y gagne, dit le renard, à cause de la couleur du blé.

J’y ai gagné, c’est indéniable.
De la confiance. De la joie de vivre. Des années.

J’y ai perdu, c’est indéniable.
De la confiance. De la joie de vivre. Des années.

Je viens de lire un commentaire qui disait « Qu’il est long le temps de dénouer les liens qui peuvent l’être. Et celui de reconnaître ceux qui ne le peuvent »
J’attends toujours. En réalité j’ai l’impression que la clepsydre s’est bloquée. Le temps ne s’écoule plus. Je fais du sur-place et c’est frustrant.

Je regarde par la fenêtre la tempête faire rage. Je ne sais même pas comment prononcer son nom, Ciara.
Les arbres se tordent et vacillent, l’abreuvoir à oiseaux est tombé, la niche des chats s’est renversée et en partie cassée. Ce n’est qu’un début, les vents vont forcir. Il ne pleut même pas encore.

Je sirote une tisane de gingembre en regardant les chats endormis sur le divan. Je me sentirais davantage à ma place dehors dans la tourmente. Dans cette tempête qui m’en rappelle une autre. Une autre qui ne s’est jamais calmée.

Comment peut-on avoir si peu de contrôle sur ce qu’il se passe sous son propre crâne ?

Yes, the planet got destroyed. But for a beautiful moment in time we created a lot of value for shareholders.

Miss Van Daele est en pleine forme. Elle marche toujours un peu la tête penchée depuis son accident mais ça ne semble pas la gêner. Elle a SA place dans le divan, où elle roupille toute la journée quand je suis là. Avant d’aller dormir je dis « Miss, Bimini, dehors » et zou tout le monde arrive à la porte en courant.

Ok la bonne éducation ne marche pas toujours, surtout quand il gèle dehors ! Il arrive maintenant régulièrement que la ‘sauvage’ Miss me dise :
– non s’il te plaîîîîît je veux rester sur le fauteuiiiil
– tu vas pas me réveiller cette nuit pour sortir hein ?
– non promiiiiis
– tu utiliseras la litière si besoin ?
– ouiiiii

Un vrai chat de salon. Par contre elle est toujours craintive face aux gens (faut dire aussi qu’ils ont des mains, quelle idée !!), demande à sortir dès qu’une voix estrangère se fait entendre… Pour se faire comprendre, elle soulève le paillasson avec ses griffes et le laisse retomber. Flap flap flap.

Elle aime bien rouler au soleil, jouer, se laisse un peu caresser et ronronne beaucoup, mais faut pas la papouiller des heures non plus hein. Les genoux, c’est NON. Quant à la prendre ou lui mettre une pipette, ah ah !! 👿

Au niveau des autres félins de la maison, elle veut se frotter à tout le monde… ce qui n’est pas forcément du goût de tout le monde… Elle s’entend bien avec Bimini, Moineau ne la considère pas dangereuse – il semble se dire « ma pauvre t’as pas toutes les frites dans le même paquet » – et Madame Kennedy lui a gentiment fait comprendre qu’elles n’étaient pas de la même portée.

De la difficulté de prendre en photo les chats noirs !

Archives

Conditions d’utilisation

Vous pouvez utiliser les textes et photos de ce site à condition que vous en citiez/linkiez la source et que l'usage ne soit pas dégradant.
Aucune utilisation à des fins publicitaires (i.e. commerciales, politiques, etc.) n'est autorisée.
Si vous souhaitez utiliser une photo à des fins privées (fond d'écran, etc.) : servez-vous, c'est fait pour !!

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.