Bande-son : Beth Gibbons – Resolve

Mon premier embouteille Paris.
Mon second résulte de l’embouteillage.
Mon troisième réfléchit.

Mon tout est si soyeux qu’on peut s’y lover,
si corrosif qu’on peut s’y dissoudre,
si brumeux qu’on peut s’y perdre.

Mon tout peut rendre fou.

Bande-son : Pink Floyd – Wish you were here

Minuit et demi, l’heure du crime. Je quitte mon lit pour satisfaire un besoin naturel.

Je n’allume pas la lumière, la pénombre est suffisante pour distinguer le chemin. Souvent, même, je garde les yeux fermés. Je me fie à mes pieds.

Sauf que cette nuit-ci, j’ai fait une mauvaise rencontre.


nan je n’ai pas eu de fuite, dans aucun sens du terme 😉

Sur le retour, j’ai soudain rencontré le chambranle de la porte de la chambre. Et pour tout vous dire, il est bien plus solide que ma tête de bois.

Finalement si c’était cela la solution ? Je m’assomme et zou, finis les problèmes pour s’endormir !

Bilan devant le miroir ce matin : je me suis légèrement ouvert l’arcade sourcilière, mais c’est bien moins pire que cette fois-là. Ouf !

J’ai trouvé dans la boîte à livres de mon quartier « Moi Zénobie reine de Palmyre », écrit par Bernard Simiot (1904-1996) en 1978, Goncourt du récit historique.

Ce livre combine les 10 défis suivants :

27. avec un personnage féministe
32. avec une couverture moche
35. un livre trouvé
41. avec trois « i » dans le titre
66. l’auteur n’est plus en vie
68. publié au XXe siècle
74. un livre que vous allez offrir
83. sélectionné pour un Prix
90. l’histoire fait voyager
91. l’auteur a un parent ou enfant lui aussi écrivain

Vous trouverez ici un résumé de ce roman historique instructif, à l’écriture agréable et à l’histoire captivante. Je n’ai pas regretté le voyage 😉 et le livre est d’ores et déjà promis à une amie.

Bande-son : Astor Piazzolla – Invierno porteño
(qu’on est en train de jouer – enfin d’essayer 😉 – en musique de chambre)

Non non ce blog n’est pas en grève ! Par contre il est des appels qu’il est difficile de ne pas entendre. Comme celui de ces 15364 scientifiques de 184 pays sur l’état de la planète.

Outre notre incapacité à imaginer sérieusement notre fin, le souci vient de notre croyance qu’on ne peut pas changer les choses !

Sans devoir être moteur ni faire d’actions héroïques, il y a des petits gestes à la portée de tous, qui ne vont pas vous prendre beaucoup de temps ni d’énergie, comme soutenir par votre signature ce genre d’initiative, la relayer, et pourquoi pas la dupliquer dans votre pays ?

D’autres formes d’action sont possibles : le port d’un signe distinctif, un arrêt de travail de quelques heures, une action de sensibilisation sur la journée… à vous de jouer !

PS : Saviez-vous que New York attaque 5 géants pétroliers en justice ?

Bande-son : Yann Tiersen – Porz Goret

Puisse la flamme de cette bougie apporter un peu de sa chaleur et de sa lumière, un peu de notre amour, là où tu es à présent, pour cet anniversaire que tu ne fêteras pas.

Bande-son : Laura Gibson – The longest day

Nous sommes tous les quatre dans le salon. Ma mère lit dans le divan, mon père si faible et assommé par les antidouleurs somnole épisodiquement dans le fauteuil sous sa couverture, ma sœur et moi sommes assises à table. Elle finit d’emballer deux cadeaux d’anniversaire et essaie de me faire deviner le contenu d’un paquet, qui lui semble pourtant évident.

Elle interpelle Papa et dit que lui, au moins, devrait trouver ! Pour lui faire plaisir il tente de se concentrer malgré l’effort conséquent que cela lui demande. Il ne parle pas, il ne sait quasiment plus le faire… Soudain ses yeux se ferment, sa tête se repose sur le coussin et un léger ronflottement se fait entendre.

Ma sœur et moi nous regardons en silence, interloquées, et de concert nous éclatons de rire. De l’autre bout de la pièce, ma mère demande ce qu’il se passe. Je lui réponds « Papa fait semblant de s’endormir pour ne pas devoir répondre à la devinette ! »

Ses yeux se rouvrent, rieurs et pétillants de malice, ses yeux comme nous les avons si souvent connus, ses yeux comme nous les aimons tant, ses yeux comme ils se font si rares ces derniers temps… Très content de sa blague, il nous murmure « c’est ma prérogative ! »

Quelle est la différence entre l’UE et les lobbies ?
Par qui sommes-nous dirigés ?

Non mais franchement, c’te foutage de gueule

Se passer du glyphosate, bien sûr que c’est possible !

MERCI à tou.te.s les maraîcher.e.s, céréalier.e.s, vigneron.ne.s, etc. qui ont décidé de cultiver bio. Vous êtes mes héros.

Bande-son : Autour de Lucie – Je suis un balancier

Des fois je suis cette feuille solitaire, recroquevillée, dont on se demande comment elle ne tombe pas.

Mais je ne tombe pas.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Bande-son : Twarres – Do

Rien de tel que commencer la semaine par une chasse aux œufs dans le couloir à 6h du matin, surtout quand les minutes sont comptées pour aller prendre le train. Grâce à Moineau, c’est Pâques avant l’heure !

Je me demande quand même comment il fait… Serre-t-il les fesses en se déplaçant entre deux dépôts ? Joue-t-il au foot après coup pour disséminer sa production ? Mystère.

Madame Kennedy était le plus souvent planquée sous le bureau, assez nerveuse, jusqu’à ce que Moineau sorte se dégourdir les pattes mercredi matin. Cela lui a plu de se retrouver ‘chatte unique’ : et vas-y que je roule, que je ronronne, que je joue, que je demande des câlins… finis, les feulements et les grognements !

Moineau est resté invisible jusqu’au coucher du soleil. Là je l’ai soudain revu dans le jardin. J’étais soulagée mais le gaillard n’était pas encore à l’intérieur pour autant. Kom hier, kom binnen ! J’ai secoué ses friandises préférées, las ça a attiré Miss également… Moineau est resté planqué dans sa jungle à 1m de moi.


Moineau prend un bain. Oui il y a des cheveux dans ma baignoire, farpaitement.

Ce fut sa première nuit dehors. Le lendemain matin, personne. Autant dire que je « commençais » à m’inquiéter. Je suis rentrée du boulot 1h plus tôt pour avoir encore un peu de lumière, et aussi parce que c’était l’heure à laquelle il s’était manifesté la veille. Toujours personne. Serait-il reparti à pattes vers son ancienne maison ? (100 km quand même)

Peu avant 20h, qui est-ce qui se pointe comme une fleur à la fenêtre ? Monsieur est rentré sans une once d’hésitation, en pleine forme, et puis est-ce que tu as des câlins, et puis est-ce que tu as de la bouffe, et puis.. Oh oh, Madame Kennedy…

On peut dire qu’elle l’a attendu avec le rouleau à pâtisserie. C’est à cette heure-ci que tu rentres ? D’une humeur de chien (che tristezza), elle a manifesté son mécontentement haut et fort, y compris vis-à-vis de moi. Les progrès de la veille subitement oubliés, je ne pouvais même plus la toucher.

Heureusement le lendemain ça allait beaucoup mieux, Madame Kennedy s’était apaisée et Moineau était – presque – flegmatique en voyant Bimini au loin.


Edit> Je me demande si les œufs de Pâques ne sont pas sponsorisés par Madame Kennedy, finalement… ça ne se voit pas trop sur les photos mais elle est fort imposante (beaucoup de chair, beaucoup de poils) et ça ne lui facilite peut-être pas les choses ?
Aujourd’hui les morceaux de chocolats étaient dispersés entre salle de bain, couloir et bureau. Ô joie ! :mrgreen:

Commentaires récents

Mahie dans L’effet papillon du…
nays2 dans L’effet papillon du…
dieudeschats dans L’effet papillon du…
valeriedehautesavoie dans L’effet papillon du…
Ksé dans L’effet papillon du…

Archives

Conditions d’utilisation

Vous pouvez utiliser les textes et photos de ce site à condition que vous en citiez/linkiez la source et que l'usage ne soit pas dégradant.
Aucune utilisation à des fins publicitaires (i.e. commerciales, politiques, etc.) n'est autorisée.
Si vous souhaitez utiliser une photo à des fins privées (fond d'écran, etc.) : servez-vous, c'est fait pour !!

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.