Je n’ai pas spécialement d’affinités envers la revendication de départ des « gilets jaunes », comme je le montrais dans un post précédent.

Cependant, même si le motif « visible » de l’indignation laisse à désirer, je trouve super que des gens se bougent et se mobilisent enfin.

D’autant plus que :
– le moteur sous-jacent vient des inégalités
– cela fait trop longtemps que les médias ternissent et marginalisent l’image du « manifestant » en s’axant sur les dérapages et les casseurs. Juste à la recherche de sensationnel, ou bien pour éloigner cette idée de monsieur et madame Toulmonde ?

Qu’on soit ou non d’accord avec les « gilets jaunes », ces citoyens ont pleinement le droit de s’exprimer et de manifester pacifiquement.

Jusqu’à présent, manifester est encore un droit reconnu dans nos pays. Enfin du moins sur papier…

D’abord on entend ça (Belgique)

puis on voit ça (France)

et puis ça (personnes sensibles, abstenez-vous de regarder la vidéo)

Ça va s’arrêter où ?

Mais non, dormez en paix, on peut pleinement être rassuré quand on lit cet article (surréalisme made in Belgium !)

« Notre approche vise à comprendre comment une société mais aussi une organisation comme la police – au même titre que d’autres groupes dans la société – peuvent suivre une pente dangereuse jusqu’à graduellement adopter des points de vue et des actes extrémistes », explique Christophe Busch, directeur de la Kazerne Dossin.

Il faut croire que beaucoup ont séché cette formation…