Suite de l’exploitation de la boîte à livres du quartier et du défi lecture.

Celle qui savait tout – de Ruth Rendell
27. avec un personnage féministe (par certains côtés…)
35. un livre trouvé (dans la rue, dans une boite à livres, ..)
71. le titre est énigmatique
80. la couverture n’a rien à voir avec le sujet
96. choisi uniquement pour son titre
97. le personnage principal est une personne âgée

Le titre m’a plu et il y avait un petit mot de Stephen King vantant les qualités de l’auteure. Bah soit il n’a pas lu ce bouquin, soit il devient gâteux, mais franchement ce n’était pas une bonne pioche. Le rythme initial est plutôt bousculé, ensuite on tombe dans une léthargie profonde pendant 300 pages pour finir sur deux petits rebondissements qui n’en sont pas vraiment, le tout avec un passage glauque sur la sexualité d’une gamine de 12 ans.

Mémé – de Philippe Torreton
06. le titre contient 1 mot
35. un livre trouvé (dans la rue, dans une boite à livres, ..)
37. qui donne envie de (écrire, voyager, ..) – de mieux profiter de sa grand-mère et de vivre plus simplement
38. de 1,6 cm d’épaisseur
43. aucune image sur la couverture
52. avec une bonne critique littéraire
54. l’histoire se déroule en France
97. le personnage principal est une personne âgée

Un portrait émouvant, simple et même humble, de Mémé et son univers… Avec un curieux mélange de bon sens campagnard et de poésie, Torreton interroge aussi nos rapports aux gens et aux objets, l’évolution du monde. Un livre non dénué de dureté, une tendresse râpeuse comme une langue de vache.
Une lecture qui m’a touchée davantage que je ne saurais dire.