Ces derniers temps j’ai lu pas mal de bouquins, toujours issus de la boîte à livres du quartier. Je vous en parle dans le cadre du défi lecture.

Contes à aimer Contes à s’aimer de Jacques Salomé.
35. un livre trouvé (dans la rue, dans une boite à livres, ..)
31. qui vous a fait pleurer

Ces petits contes ne se lisent pas d’une traite, on en découvre quelques uns et on les laisse nous pénétrer. Tous ne sont pas transcendants mais tous sont touchants. Comme le dit la 4e de couverture : Les contes pour aider à guérir, à grandir. Des mots qui enveloppent, qui caressent. Des associations qui illuminent et apaisent.

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates – de Mary Ann Shaffer & Annie Barrows.
05. écrit par un duo d’auteurs
09. au titre abracadabrant
18. épistolaire
21. qui vous a surpris (agréablement ou non)
27. avec un personnage féministe
35. un livre trouvé (dans la rue, dans une boite à livres, ..)

Une bonne surprise, écriture énergique pleine d’humour et de fraîcheur malgré le contexte de la guerre. Léger sans être superficiel, un plaisir à lire.

Sorry – de Zoran Druenkar.
06. le titre contient 1 mot
35. un livre trouvé (dans la rue, dans une boite à livres, ..)
47. auteur complètement inconnu de tous
83. sélectionné pour un Prix (finaliste ou non) : prix des lecteurs sélection 2012

Le résumé m’avait paru original, finalement on se retrouve avec un roman sans rythme, d’une inutile violence, avec des incohérences et des invraisemblances qui sont une insulte aux lecteurs, sans parler des fautes de français dans la traduction. Ironie du sort, ce livre comportant des scènes de tortures et viols d’enfants était dans une boîte à livres en face d’une petite école… et quand j’y suis retournée, un 2e exemplaire était apparu dedans.

Pars vite et reviens tard – de Fred Vargas.
35. un livre trouvé (dans la rue, dans une boite à livres, ..)
71. le titre est énigmatique
96. choisi uniquement pour son titre

J’avais déjà entendu le nom de cette auteure mais ne connaissais absolument pas son œuvre, c’était l’occasion. Rien d’exceptionnel mais original, bien construit et prenant, si je recroise un autre bouquin de Vargas j’approfondirai.

Le Matou – d’Yves Beauchemin.
01. avec un animal pour personnage
04. de plus de 600 pages : 602 exactement 🙂
15. choisi uniquement pour sa couverture : vieille photo d’un gamin portant un chat
21. qui vous a surpris (agréablement ou non)
35. un livre trouvé (dans la rue, dans une boite à livres, ..)
39. qui se déroule dans un pays que vous souhaitez visiter
55. avec un visage sur la couverture
62. un animal dans le titre
68. publié au XXe siècle
83. sélectionné pour un Prix (finaliste ou non) : prix du livre de l’été 1982

Un livre beaucoup plus dur que je n’aurais cru, où le matou n’est pas forcément celui qu’on croit. Des personnages attachants et vlimeux auxquels l’auteur ne fait pas de cadeaux, un récit coloré et ponctué d’expressions québecoises. Au final un petit goût de trop peu car on aurait aimé avoir l’explication de certaines choses.

Le cheval à bascule – d’Agatha Christie.
34. le livre est abimé
35. un livre trouvé (dans la rue, dans une boite à livres, ..)
42. les premières lignes sont un dialogue
50. le premier chapitre est ennuyeux : si seulement ce n’était que le 1er…
66. l’auteur n’est plus en vie
67. une plante sur la couverture
68. publié au XXe siècle
97. le personnage principal est une personne âgée

En trouvant ça dans la boîte à livres, je me suis dit « tiens, pourquoi pas, ça fait longtemps ! » J’ai été hyper déçue. L’intrigue de ce bouquin pourrait tenir en 20 pages or il en fait 250. Ce n’est que du remplissage et de constants rappels d’épisodes précédents (histoires des Beresford, que je ne connais pas). De plus l’auteure fait miroiter des tenants et aboutissants complexes mais au final n’en dit pas grand chose. C’est lent, c’est plat, c’est poussiéreux et sans relief.