Après la condamnation du viticulteur bio qui avait refusé de traiter chimiquement ses vignes de manière « préventive », une autre situation absurde s’est retrouvée devant le tribunal français. Il s’agit du puçage des élevages.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/08/25/sus-aux-puces_4475994_3244.html

http://www.rue89lyon.fr/2014/05/27/aujourdhui-met-des-puces-aux-moutons-demain-ce-sera-quoi

Condamnés en première instance, la seconde manche semble se clore positivement (voir sur Mouton 2.0) mais la législation est toujours en place…

Plus récemment, en juin de cette année, un tribunal luxembourgeois a condamné à de la prison (avec sursis) et une amende deux lanceurs d’alerte français… tout en reconnaissant qu’ils avaient agi dans l’intérêt général et contre des pratiques fiscales moralement douteuses !

Le parquet du Luxembourg a estimé que le secret professionnel prime sur la liberté d’expression même si on est témoin de pratiques interlopes… Je vous laisse imaginer jusqu’où ce genre de raisonnement pourrait nous entraîner😯

(détails : affaire LuxLeaks)