Proverbe breton : Dibaot hent kaer na vez meinek ha gwenodenn na vez dreinek.
Rare la belle route qui ne soit caillouteuse ni le sentier qui ne soit épineux.

Bande-son : Françoiz Breut – La chanson d’Hélène

Après cette 1ère partie, nous voici donc au fort de Cornouaille, classé monument historique depuis 2013.

Panneau d’information :
Construite de 1690 à 1695, la batterie de Cornouaille croisait ses feux avec celle du Mengant, participant ainsi à la défense du goulet de Brest. Composée d’un terre-plein elliptique d’environ 150m, elle est complétée en 1813 par une tour modèle n°1 puis modifiée en 1888 par creusement d’une batterie de rupture équipée de pièces de 32 cm destinées à faire feu au ras de l’eau.

La plateforme revégétalisée est magnifique ❤

Photo volontairement éclaircie pour bien distinguer le fond dans l’ombre :

Il s’agit de la fameuse batterie de rupture ayant été creusée dans le roc sous le terre-plein. Vues plongeantes :

On peut descendre voir cela de plus près par l’intérieur. Un tunnel, je n’y résiste pas !

Pour une fois c’est AàG qui a succombé à l’attrait de la rouille 😉

La marée nous empêche d’accéder aux embrasures côté mer (photo ici).

Masquées par les rochers, elles sont quasiment invisibles pour les navires…

Voyez-vous le conduit remontant la falaise ? Je l’identifierais comme une cheminée d’évacuation du gaz.

Malgré l’état de ruine avancé, ce ne sont pas les recoins sympathiques qui manquent.

Il est temps de s’enfuir car il y a tout un troupeau d’adolescents qui débarque en beuglant ! Les lieux perdent soudain singulièrement de leur charme :mrgreen:

En haut de la falaise, nous arrivons sur une route et bénéficions d’une belle vue sur le fort. En agrandissant la photo, on peut distinguer le groupe d’élèves et leur prof… c’est sympa, comme excursion scolaire !

Sur le haut de la falaise se trouve l’amer de la pointe de Cornouaille. Nous tombons ensuite sur la batterie haute.

Il faut la mériter, le sentier qui y mène a disparu sous les ronces :mrgreen: Et en plus, elle est fermée.

Panneau explicatif :
Construction de 1813, pouvant abriter 60 hommes, standardisée, comprenant les magasins à poudre, à vivres, le logement des canonniers et qui serviraient de réduit défensif aux batteries basses. Elle était équipée de 4 canons de 24 ou de 16 à chaque angle de la plate-forme supérieure.

Nous poursuivons le chemin en direction de l’îlot des Capucins. Le coin est rempli de vestiges militaires, on fait trois pas et on tombe sur le suivant…

Cette salle dissimulée derrière des rideaux de lierres et de lianes était particulièrement grande et belle, la photo ne lui rend pas justice 😦 Nous bénéficiions pourtant d’une lumière et de couleurs admirables.

Attention au serpent !

Au détour d’une pointe, nous voyons apparaître le célèbre fort des Capucins.

Je sais, je mets trop de photos, mais il est tellement esthétique ❤

Le site est classé monument historique et son accès est réglementé.

Le pont date de 1860 +/- 1 an (selon les sources).

Le fort quant à lui date de 1848, comme en témoigne cette dalle gravée.

Un amateur de street art a laissé quelques fresques à l’humour grinçant dans les magasins et casernement.

Ça ne vous donne pas envie ?

Ici aussi, une batterie de rupture tirant à gros calibre à fleur d’eau a été installée en 1888. La géométrie des lieux est typique, on commence à la connaître !

Au pied de l’escalier se trouve un magasin à poudre dont la double paroi est en fort mauvais état et dont l’accès est interdit par une grille. Au fond il devait accéder à un puits reliant la surface.

Remontons prendre l’air et explorer les bâtiments de surface, ou du moins ce qu’il en reste.

Quittons le poste d’observation et empruntons cet escalier en pierres taillées. Delf, tu fermes les yeux ok ?

Le massif rocheux de l’îlot a été largement entaillé pour établir les diverses constructions, mais l’arête centrale a été maintenue telle quelle pour servir de parados et de masque.

Nous voici donc sur le « toit » !

Des charnières qui ont un peu vécu…

Un beau panorama s’offre à nos yeux admiratifs.

Il est temps de quitter les lieux.

Une longue route de retour nous attend.

Nous ne sommes pas fâchés d’arriver enfin à la voiture !

Nos estomacs grondent et nous filons à Camaret-sur-mer (Kameled) manger une horrible pizza.


Chapelle Notre-Dame-de-Rocamadour et Tour Vauban