Deux jours durant, nous n’avons plus vu Miss, la petite chatte libre qui habite dans le(s) jardin(s) et qu’on nourrit. A son retour, elle avait un œil qui coulait un peu et un imperceptible boitillement d’une patte arrière.

Je ne me suis pas trop inquiétée à ce moment-là, sauf que ça a rapidement dégénéré : problème de 3e paupière et train arrière entier qui bascule à chaque pas ou presque ! La gourmande mangeait un peu moins et par ailleurs prendre la nourriture dans sa gueule pour mâcher semblait être un effort.

J’ai réussi à l’attirer dans la maison, à fermer les issues puis la mettre en cage. Autant vous dire qu’elle a dé-tes-té. Tout le temps qu’elle est resté là-dedans, elle a miaulé non-stop, à pierre fendre. Parce que oui, c’étaient des miaulements bien plus forts que ceux qui fendent le cœur. Rien, absolument rien ne pouvait la rassurer.

Notre véto étant en congé, je suis allée en voir un autre qui avait déjà soigné une fois Piranha un précédent été. A posteriori, ce n’était pas un très bon choix. Déjà, des chiens à l’étage se sont déchaînés quand on est arrivé, ce qui a augmenté sensiblement le stress de Miss. L’attente dans la salle a paru longue – car, comment dire, un brin lancinante : maaaaow… maaaaow… maaaaaow… oui Miss, je t’entends bien, ça va aller t’inquiète pas… maaaaow… maaaaow… maaaow… Ensuite, il est expérimenté et sûr de lui, mais pour l’approche et la manipulation de l’animal, j’aurais espéré qu’il soit plus doux :-/

Miss est tellement stressée qu’elle respire par la bouche et perd tous ses poils. A un moment je dois aider le véto à l’immobiliser mais il ne m’explique pas comment procéder – je n’ai pas vraiment l’habitude de maintenir un chat par la contrainte, excusez-moi. Je lui pose la question mais il a déjà lâché prise alors je place ma main comme je peux… Résultat, Miss complètement paniquée mord à plein croc. Sur le moment, la douleur dans la pulpe du doigt a effacé tout le reste. Ce n’est que plus tard que je me rendrai compte que de l’autre côté, elle est aussi passée à travers l’ongle.

Verdict : grosse infection auriculaire qui induit probablement les symptômes neurologiques observés au niveau oculaire (c’est le même côté) : 3e paupière voilant à moitié l’œil et pupille qui ne se dilate plus. Au niveau des pattes arrière, du bassin, etc. il n’a repéré aucune fracture, aucun abcès, rien qui puisse expliquer ses difficultés. Au niveau de la mâchoire, rien non plus. Il ne pense pas qu’elle ait été percutée par une voiture, comme je le craignais.

Il prescrit des antibiotiques.
– Vous préférez des gouttes ou des comprimés ?
– Euh, vous savez c’est une chatte libre, je ne suis pas sûre de la voir matin et soir pendant 10 jours… surtout après la façon dont vous venez de l’examiner le coup de l’avoir attrapée et mise en cage. Vous ne pourriez pas lui faire une piqûre à longue durée d’action, plutôt ?
– J’ai un produit qui dure 48h.
– Il y en a un qui dure 2 semaines, non ?
– Ah oui mais ce produit-là c’est un flacon de 25ml qui ne conserve que 3 semaines au frigo, alors que les chats n’ont besoin que de 0,1 ml par kg… vous imaginez ? donc je n’utilise pas ça.
– Bon, dans ce cas je vais peut-être demander à un autre véto de lui faire l’injection.
– Vous savez, de toute façon, une action de prétendûment 2 semaines, je n’y crois pas ! (Y croire ?) Les cas que j’ai déjà traités avec ça à la clinique, ne m’ont pas vraiment donné satisfaction.
– Ok, mais un traitement plus efficace que je ne parviendrais pas à donner, ou alors une fois sur deux… perdrait singulièrement de son efficacité… non ? Vous ne pourriez pas au moins lui injecter le produit qui dure 48h ? Ce serait toujours ça de pris, surtout que c’est au début surtout que je risque de ne pas la revoir…

(à suivre)


Bande-son : Alela Diane & Alina Hardin – I have returned