Pendant ce temps-là, dans le jardin, le printemps s’est invité et la parure des arbres fait écran à la maison des voisins-du-fond-du-jardin.

Il n’y a pas que les pommiers qui fleurissent.

Nous avons évité de tondre cette partie du jardin où foisonnent les myosotis véroniques petit-chêne. Ca a permis à un gros bombus de se régaler avec 🙂

C’est assez acrobatique !

Quel beau proboscis ❤
(argh je me demande si ce n’est pas une tique, sur la feuille à côté…)

On dirait que ce pauvre bourdon n’a plus de métatarse à sa patte postérieure.

Ces fleurs sont décidément trop petites et trop légères, c’est un coup à se retrouver carrément sur le dos !

Le gardien veille :

Vendredi nous avons été chercher une nouvelle colonie d’abeilles 🙂 Ce sont des buckfast – pas par choix, mais on est quand même rudement content de les avoir après un an d’abstinence ! Leur doux bourdonnement et leur odeur si particulière nous manquaient.

Nous ne l’avons pas ramenée chez nous mais bien chez une voisine apicoleuse, à quelques kilomètres (c’était plus facile à gérer pour les semaines à venir). Elle aussi ramenait une colonie. Dimanche nous nous sommes occupées ensemble des deux ruches et c’était bien sympathique. Les filles ont été magnanimes avec les débutantes maladroites que nous sommes : aucune piqûre à déplorer !

Elles étaient en ruchette (6 cadres) car pas encore très nombreuses, nous les avons enruchées sur 9 cadres pour qu’elles soient plus à l’aise. J’ai même aperçu Sa Majesté Zubida III et son marquage vert.

J’ai pris le risque de glisser au milieu du couvain un cadre vierge (ciré seulement sur la moitié de la hauteur, un essai). Espérons que les températures ne chutent pas, sinon elles vont peut-être avoir du mal à garder les larves à 35°C… j’espère ne pas avoir mis la charrue avant les bœufs.

Dans un mois, si tout se passe bien, nous ferons le déménagement final 🙂