Les députés européens ont choisi le camp de la Commission européenne : la présence de pollen OGM dans le miel ne devra pas être mentionnée sur les étiquettes.

En effet, le pollen est un « constituant naturel » du miel selon le texte adopté par le parlement. Si les eurodéputés avaient défini le pollen comme « ingrédient » du miel (option retenue par la cour de justice européenne et soutenue par la commission environnement), les apiculteurs auraient dû signaler la présence d’OGM à partir du seuil de 0,9% dans le pollen.

Il faut savoir qu’il y a maximum 0,5% (poids) de pollen dans le miel… la nuance est donc très importante, puisque même si 100% du pollen contenu dans le miel est OGM, le miel reste sous la barre fatidique des 0,9% et ne nécessite pas d’étiquetage particulier. Abracadabra !

Ce vote satisfait pleinement les lobbies et notamment celui des producteurs d’Amérique Latine, pays grands amateurs de cultures OGM qui fournissent 20% du miel consommé en Europe (soit la moitié des importations).

Que dites-vous ? La traçabilité ? La protection des consommateurs ? Allons allons, pas de gros mots !

Imposer une traçabilité maximale « irréaliste » aurait au contraire créé un « dommage collatéral » aux apiculteurs, selon la rapporteur Julie Girling (UK).

« C’est mère-nature qui dit que le pollen est un constituant du miel« , dit le commissaire européen à la santé Tonio Borg. Bizarre que les Verts ne soient pas en phase avec Mère Nature !

Le dossier doit désormais être soumis aux gouvernements avec qui le Parlement entamera des discussions pour un arbitrage final. Mme Girling s’est prévalu du soutien de la plupart des 28…

Source : Le Soir – 15/01/2014

Edit> Pour les Belgikistanais, voici une pétition contre l’utilisation de round-up sur les champs en fleurs.