Aujourd’hui comme hier, ciel bleu et soleil écrasant. Nous allons jusqu’à Blanzy pour visiter, bien au frais, le musée des mines. AàG l’avait parcouru il y a bien longtemps et en avait gardé un bon souvenir.

En chemin, quelques photos d’une petite église et de son tympan :

Sur l’horaire affiché, le musée minier devrait être ouvert – sauf qu’il ne l’est pas. Pourtant nous sommes la semaine à cheval sur août et septembre… mais c’est déjà « hors saison » pour la Bourgogne !

Il nous reste à regarder, à travers la grille, le chevalement métallique et le matériel roulant exposé…

En plan B, nous nous tournons vers les plans d’eau de la région, en espérant y trouver un peu de fraîcheur et de calme. Il y a justement le barrage de la Sorme à proximité.

Notre stupide GPS nous prétend même qu’on peut le traverser et continuer notre route en voiture. Ah ah ! C’est une blagueuse la Josette, et je dois dire que malgré le panneau ‘cul-de-sac’ tout au début de la longue route, on a quand même espéré…

Le lac de la Sorme est la plus grande réserve d’eau potable de Saône-et-Loire. Et forcément, tout y est interdit – sauf les moustiques.

On visite ensuite Montcenis mais nous ne nous y attarderons pas car la circulation là-dedans à l’heure de pointe en tant que piéton relève du suicide.

Le seul restaurant qui s’y trouve est trop auriculaire pour nous et il faut bien se résoudre à aller jusqu’au Creusot vu l’ampleur des souffrances gargouillements exprimés par nos estomacs.

Bon alors le Creusot… on a passé notre temps à se demander : tu crois que c’est le centre, ici ? On a trouvé l’église et, bien qu’elles soient réputées être au milieu du village, euh… il n’y a pas vraiment de centre-ville à proprement parler, apparemment.

Une bordée de restaurants longe la place, on se laissera avoir par les dénominations trop belles pour être vraies d’un des établissements… On a été servi trop vite pour que ce ne soit pas suspect et, en fait de « méga », ma salade de chèvre était plutôt « micro ». Les feuilles de salade étaient tellement pas lavées que je n’ai rapidement plus osé y toucher. Nos voisins de table avaient choisi des gros morceaux de viande avec frites, ils ont également été servi une minute chrono après avoir passé commande.

Après avoir manifesté notre mécontentement vis-à-vis de la qualité de nos plats à la serveuse – qui a tout de même fait semblant d’être désolée pendant un quart de seconde, bel effort – nous sommes allés prendre le dessert à la terrasse… du restaurant d’à côté :mrgreen: