Souvenons-nous de la nuit du 3 au 4 juin 1989
Pour tous ceux qui y ont trouvé la mort, la souffrance ou la folie – Etudiants, intellectuels, ouvriers qui contestaient pacifiquement la corruption
Pour tous ceux qui ne peuvent plus en parler aujourd’hui – Peur de la répression des autorités ou de leurs pairs
Pour tous les jeunes d’aujourd’hui qui n’ont pas appris – Sujet tabou dans les familles et censuré partout ailleurs
Pour tous les dissidents écartés temporairement – Ou plus « définitivement »
Pour tous ceux que le silence étouffe
Pour tous ceux que le régime écarte
Souvenons-nous haut et fort du massacre de la place Tian’Anmen.