Traversée du campus, 22h. A la fin du concert ils ont distribué à chaque musicien une fleur coupée, entourée d’un linceul de plastique. Je grommelle, je suis fatiguée et de très mauvaise humeur. Je croise un étudiant, penne autour du cou, en route vers son cercle.

Tentons de transformer le négatif en positif :
– Tu veux une fleur pour ta copine ?
– Non merci, j’ai pas d’argent.

😯

Stupéfaite, je lui ai littéralement aboyé :
– Mais !! C’est pas à vendre !
– Ah bon, c’est gratuit ? Je veux bien alors, merci.