Bien sûr, la crise actuelle des banques n’enchante aucun épargnant et je me fais du souci pour mes petites économies comme tout le monde. Mais les solutions, ou plutôt temporisations, apportées par les gouvernements sont-elles vraiment pertinentes ? Je me permets de citer Aureliano :

Quels que soient les soubresauts, de plus en plus violents, de la bourse, les vrais indicateurs, les vraies causes, sont évidemment ailleurs.

Et chaque jour qui passe voit les gouvernements occidentaux jeter des milliards, puis des dizaines de milliards et maintenant des centaines de milliards dans la bataille, pour essayer de sauver quoi ? l’humanité ? la planète ? la biodiversité ? le climat ? les entreprises ? les gens ?
Non, le système bancaire.

Mais, de grâce, laissez tomber le système bancaire !

(lire la suite)

Pendant ce temps les experts de l’UICN estiment que 36% des mammifères sont menacées d’extinction. Et la moitié des espèces est « en déclin » – certaines n’existent même plus à l’état sauvage et survivent seulement en captivité.

Il est pourtant possible de redresser la situation : grâce à différentes mesures de conservation, des résultats encourageants ont été obtenus pour 5 % des mammifères menacés.
Mais « plus nous attendrons, plus cela coûtera cher pour empêcher de nouvelles extinctions d’espèces », a averti Jane Smart, responsable du programme des espèces.

Infos extraites de : Le Soir