Ce 11 septembre en milieu d’après-midi nous nous retrouvons un peu désœuvrés et nous décidons de rejoindre Locmariaquer.

Commençons par le village…

…puis descendons jusqu’au port.

Sans oublier le site mégalithique, qui comprend entre autres le dolmen de la Table des Marchands (pas visité malheureusement) et le Grand Menhir Brisé qui faisait partie d’un alignement de menhirs géants. Il ferait plus de 20 mètres de long si on rassemblait ses quatre morceaux (environ 300 tonnes). Vu sa composition, il viendrait de la région d’Auray, une dizaine de kilomètres au nord !

Ce qui est particulièrement intéressant est que ces menhirs géants furent apparemment abattus et débités volontairement pour être réutilisés. Ainsi un morceau inférieur sert de « linteau » à l’entrée du cairn de la Table des Marchands. Le morceau supérieur serait sur la sépulture d’Er Grah (Er Vinglé). Quant au morceau central, il sert de toit à la chambre du cairn de l’île de Gavrinis – qui, à l’époque, n’était pas une île, mais se trouve tout de même à 4 km à vol d’oiseau. Il existe d’ailleurs des cromlechs et autres alignements de menhirs au fond de la mer (certains visibles à marée basse, d’autres sous eau en permanence).

On s’en est rendu compte au début du siècle grâce grâce à des gravures sur le menhir : les trois pièces forment un « puzzle ». A noter qu’à Gavrinis, la pièce est mise à l’envers… c’est-à-dire que le dessin n’est pas visible depuis l’intérieur du dolmen. Des archéologues qui devaient avoir la puce à l’oreille ont creusé les pierres du cairn jusqu’à arriver à la face cachée de la dalle. D’autres cas similaires ont été trouvés depuis lors.

Le dolmen des Pierres Plates s’est fait dépouiller de son cairn (comme beaucoup d’autres) mais est bien agréable à visiter – il a l’originalité d’être coudé et de posséder une chambre latérale. Par contre je ne comprends pas pourquoi il est en « entrée libre », non protégé : ses gravures s’abîment fortement avec tous les gens qui frottent dessus – sur les 13 gravures d’origine, il n’en reste déjà plus que 5 de lisibles… Et vu les nombreux passages le sol se retrouve dénudé et creusé, ce qui risque de déchausser les pierres 😦

On n’a pas pu prendre une photo globale car un touriste était étendu de tout son long en slip de bain sur la dalle principale… en train de bronzer… super respect pour le patrimoine comme vous voyez.

Concernant le cairn de Gavrinis, nous n’avons pas pu prendre de photos mais voici une vue générale extérieure et un aperçu des gravures omniprésentes.

Rien à voir, mais voici la preuve que les chatons et les ours peuvent cohabiter :

Pour ceux que le sujet des mégalithes intéresse, je conseille cette intéressante page perso.