Nous descendons en vélo jusqu’au port de La Meule – une bien belle descente d’ailleurs… dommage que ce soit un cul de sac, ça promet pour la remontée !
A propos de cul, je vous laisse lire l’écriteau d’un pêcheur facétieux :

Il y a pas mal de monde dans ce petit port, sans doute à cause de la présence d’un café et sa terrasse… la chaleur donne soif !

Certains sont équipés pour la plongée sous-marine, et… il n’y a pas que des bouteilles d’air dans leur parage. J’espère que c’était « après », sinon le baptême promet d’être mouvementé !

Dans l’entrée du port, on s’amuse avec de jeunes goélands qui piaillent. On croise leurs parents un peu plus haut…

Il y a un peu trop d’agitation à notre goût, il faut presque faire la file pour accéder au promontoire rocheux.

On repart vers la « pierre tremblante »… Je crois que c’est sur ce chemin qu’on croisera un grand domaine interdit d’accès, de loin on aurait dit une ancienne carrière à ciel ouvert ?!

On se dirige vers la pointe de la Tranche, le point le plus austral de l’île d’Yeu. Les grandes plages commencent à faire leur apparition dès le village de La Croix…

Nous n’aurons pas le courage d’aller jusqu’à la pointe des Corbeaux, il fait trop étouffant et le soleil commence à me taper sérieusement sur le crâne.
Certaines plages ont des noms vraiment étranges… la plage des ovaires par exemple ! ^^

L’eau est froide mais pas glaciale comme on aurait pu s’y attendre… AàG ira faire quelques brasses pour se rafraîchir et accessoirement gagner une photo de mes pieds – oui il est fou, je sais.

Une belle méduse – on n’a pas tous les jours l’occasion d’en voir de si près…

On s’offrira une longue pause à chercher des coquillages dans le sable, mais la chaleur finira par nous chasser.

On enfourche nos vélos et on repart vers le nord.

Mes fesses commencent à être douloureuses avec cette selle de m****, les vélos homme ont l’air mieux conçu de ce point de vue (non mais quelle injustice, franchement).

On ne s’arrêtera quasi plus jusqu’à Port Joinville. On voudrait avoir le temps de visiter la ville et de manger avant l’heure du bateau.

Le tour du port est assez vite fait, ainsi que la visite des quelques ruelles piétonnes.

Bien sûr, je garde mes manies photographiques habituelles 😉

Une mauvaise surprise nous attend : les restaurants de l’île n’ouvrent qu’à partir de 19h (18h30 pour les plus précoces) ! Nous qui espérions manger tôt car notre bateau part à 19h… On trouvera par chance un café qui offre des croque-monsieurs à cette heure. Ca ne remplit pas une dent creuse mais c’est mieux que rien.

Du coup nous voilà avec un long temps d’attente imprévu avant l’heure du départ… on l’utilisera à une étude sociologique hautement intéressante, mais je ne peux pas vous en dire plus, c’est top secret ;-p