Une déesse âgée de 20 millions d’années est morte, assassinée par l’activité humaine…

« Dans les années 1950, la population de ces dauphins d’eau douce était estimée à 6000 individus. Elle était tombée à 200 en 1990, puis à 7 en 1998. »
Aujourd’hui on n’en trouve plus la moindre trace dans le fleuve. D’autres espèces sont également en grand danger de disparaître, dans le Yangzi, le Gange et ailleurs.

« La perte d’une espèce unique et charismatique est une tragédie car cela représente la disparition d’une branche complète de l’arbre de l’évolution du vivant. C’est la première extinction d’un grand vertébré depuis cinquante ans, et la première espèce de cétacés qui disparaît à cause de l’activité humaine. Cela montre que nous devons prendre toutes nos responsabilités en tant que gardiens de la planète. »

Tandis que les journaux se régalent des péripéties politiques belges ou des vacances d’Ysokras, l’eau monte et Le Monde raconte quelques belles couillonnades sur les abeilles qui se volatilisent.

Tout va bien braves gens, dormez en paix. Y a pas un match de foot rugby ce soir ? Ou peut-être une super émission de tv-réalité sur TFchien ?