Voilà le premier volet du compte-rendu de cette semaine en Bretagne. Ce seront principalement des photos commentées et quelques anecdotes ou impressions personnelles. Il n’y a pas besoin de plus pour les Côtes d’Armor, ce n’est quand même pas « l’Aventure » 😉

Notre premier jour sur place, ce dimanche 1er avril, nous partons nous dérouiller les jambes dans une belle promenade le long des falaises bretonnes.

On se gare au parking du Fort La Latte, que l’on rejoint à pied en suivant un agréable chemin descendant.

Un pont fixe suivi d’un pont-levis permettent de traverser deux « crevasses », mais l’entrée du fort est fermée à cette heure. Ce n’est pas grave, je l’avais déjà visité en 1998 ou 99.

Niché au milieu de rochers couverts de lierre, son architecture est très esthétique. Les plus belles vues du fort sont celles prises depuis la mer, je trouve… mais bon, la nage ne me tente pas trop !

Le ciel est d’un blanc laiteux qui ne facilite pas la photographie. Une sorte de brume persiste également depuis ce matin.
Nous sommes exposées à un vent assez fort, heureusement la marche nous réchauffe.

Je suppose que c’est ce qu’on appelle les pins maritimes ? J’aimais bien leur silhouette…

De belles plages se succèdent, et soudain nous arrivons dans une large zone sinistrée. L’incendie semble parti d’une forêt voisine et s’est étendu jusqu’au bord de la falaise. Tout est brûlé aux alentours… serait-ce l’oeuvre d’un imprudent malgré les panneaux d’avertissement contre les feux de forêt ?

La végétation reprend ensuite, et la falaise devient de plus en plus impressionnante.

Au loin, notre première étape, les phares du Cap Fréhel. C’est une zone naturelle où les goélands argentés sont nombreux à vivre (ce sont les « tâches blanches » sur la 2ème photo… cliquez pour agrandir).

Rapprochons-nous du bord et penchons-nous prudemment :

Le chemin se divise en deux, l’un va au vieux petit phare sur la pointe et l’autre va au nouveau bâtiment. Je choisis la pointe.

L’endroit rêvé pour philosopher à deux ?

Les falaises sont principalement couvertes de piquants : genêts, houx, ronces… un bonheur ;-p

Je repars vers le grand phare, un peu gelée par les terribles bourrasques. Des gamines s’amusent à se laisser tomber en avant pour que le vent les retienne !

Avec toutes les voitures garées de partout, impossible de prendre le phare récent en entier…

Une petite coccinelle à 7 points pour les rosiers de Moukmouk 😉

Après un bout de route, nous reprenons le GR34 pour longer la côte.

Je ne me lasse pas du paysage et je le photographie sous tous les angles ! Tant et si bien que nous loupons la bifurcation du chemin qui devait nous ramener au Fort à travers l’intérieur des terres… Nous nous retrouvons à la pointe de la Guette.

Nous trouvons un sentier qui coupe à travers les prairies, ensuite nous devrons longer la grand’route jusqu’au parking (ce qui fut très long et particulièrement inintéressant). Cela nous aura fait une grosse quinzaine de kilomètres, une bonne mise en bouche pour débuter le séjour !