Vendredi 15 septembre 2006 – Mines de sel

Après une bonne nuit chez la famille Rettenbacher (et un super petit déjeuner), nous partons pour Hallstatt la romantique. C’est une toute petite ville coincée entre son lac et un versant escarpé de la montagne (Dachstein). La partie ancienne est un village piéton construit sur la pente. On y accède par un tunnel routier sur le bord duquel se trouvent répartis quelques parkings. De là une série d’escaliers mène sur la « grand-place ». La première chose que nous voyons est donc un ensemble de toits, dont la plupart sont constitués de bardeaux de bois (le lien est pour Patriarch 😉 ). Deux personnes travaillent sur le toit supérieur, les voyez-vous ?

Le temps n’est pas au beau fixe et l’eau est très agitée sur le grand lac. Les vagues sont rapides et impressionnantes, les canards sont ballottés dans tous les sens, on se demande comment ils ne sont pas malades… pour un peu ils feraient des bonds ! Dans ces conditions, ce n’est pas facile de leur donner du pain – car cette fois-ci, j’ai prévu le stock, non mais oh ! Ils peinent sérieusement à attraper les morceaux ^^

Une de nos premières rencontres dans le village est un chat qui se fait mettre à la porte d’une boucherie 🙂 Lui et son petit copain (trop timide pour être pris en photo !) appartiennent à la maison voisine, qui a d’ailleurs construit dans son jardin une étroite passerelle en bois qui s’élève le long des réserves de bois, fait un coude et monte ensuite jusqu’à la fenêtre du premier étage !

Au coin de la place, un restaurant recycle ses machines à café d’une façon originale…

Nous visitons ensuite une église protestante néo-romane sur laquelle se trouve un panneau assez surprenant, que nous avons déjà vu à de multiples reprises au cours de notre séjour. Il y est écrit en allemand, anglais, français et russe que ce bâtiment est un bien culturel et qu’il est sous la protection de la Convention de La Haye en cas de conflit armé !

Nous montons ensuite à l’église catholique « Katholische Pfarrkirche » par des chemins étroits et un peu raides, fréquentés qui plus est par d’étranges personnages :

L’église est entourée d’un cimetière décoré très esthétiquement.

Il y a énormément de sculptures sur bois.

Vu le manque de terrains disponibles, les bornes de pierre délimitant les tombes doivent être enlevées pour pouvoir descendre un cercueil.

Le cimetière était d’ailleurs tellement exigu que très vite il s’est retrouvé plein. Un ossuaire a donc été aménagé dans la St Michaelskapelle. Vers 1600, on a commencé à y transférer les vieux ossements (principalement crânes, tibias et fémurs).

Ce petit ossuaire paroissial accueille ainsi près de 2000 crânes, dont environ 600 ont été peints avec le nom, la date de décès et une guirlande de végétaux caractérisant symboliquement le défunt : rose, laurier, lierre ou chêne.

Ces peintures sont faites avec beaucoup de respect pour le mort et correspondent en quelques sortes à des prières.

Actuellement, seuls les habitants qui le mentionnent explicitement rejoindront l’ossuaire, et seulement après 10 ou 20 ans d’inhumation.

En-dessous de l’église devait se trouver un autre ossuaire, ou du moins c’est ce qu’on en a déduit, car les dalles composant le sol comportent une tête de mort en relief et on voit dans la falaise des aérations qui laissent à penser que la crypte s’enfonce profondément. Un vitrail a été relégué dans le premier niveau sous l’église :

Je n’ai malheureusement pas d’autre photo de l’intérieur de l’église, il y avait trop de gens et pas assez de lumière.

J’aimais beaucoup sa porte d’entrée, très travaillée. Le sens du détail se retrouve jusque dans le robinet du cimetière !

L’élévation de l’église nous offre une très belle vue sur le village et le lac, ainsi que sur le temple protestant. A noter que leurs cloches ne sont pas synchronisées 😉

On s’enfile de petits chemins au hasard, et ici où là un détail attire mon œil sur les façades…

…et notamment une inscription « 20 C+M+B 06 » tracée à la craie sur presque toutes les portes d’entrée. Nous l’avons vue un peu partout en Autriche sans savoir ce que cela signifiait jusqu’à présent. C’est en fait le signe que le curé a béni cette maison. L’inscription comporte l’année de la bénédiction et le C+M+B signifie Christus Mansionem Benedicat : que le Christ bénisse cette maison.

On remonte à la voiture pour pique-niquer, il y a énormément de vent. S’ensuit une grande séance de nourrissage de toutes les bêtes à plumes que nous croisons : les plongeurs fuligules, colverts, cygnes… et même des moinouilles !

On achète pas mal de souvenirs en sel gemme, cela nous vaut un trajet supplémentaire vers la voiture car c’est lourd et volumineux. Je commence à en avoir ma claque de tous ces escaliers, mes mollets ont deux semaines difficiles derrière eux et ils sentent le retour à l’écurie qui approche !

L’après-midi sera consacrée au chemin des mines, le Soleleitungsweg. Il y a le funiculaire de Salzberg qui permet d’accéder directement à la mine touristique, mais cela ne nous intéresse pas. Sur l’IGN (affichée dans la rue !), il y a d’ailleurs une belle mine indiquée sur le « chemin des radins » (traduction : chemin qui boycotte un téléphérique). Mes mollets grommellent un peu mais c’est parti mon kiki, 600m de dénivelé dans la forêt.

Ce n’est pas désagréable quoi qu’un peu monotone. On croise régulièrement des pipelines de saumure, dont certains ne sont plus que des vestiges en triste état. Nous arrivons à une grosse maison abandonnée, dont la cave comportait un atelier et une petite forge. Ce bâtiment est lié à la mine Franz Jozef, dont l’entrée monumentale se trouve de l’autre côté du sentier. Quel dommage qu’on ne puisse pas la visiter !

Nous dépassons l’arrivée du funiculaire, à partir d’ici c’est une route revêtue de bitume. Dans la forêt nous repérons des vestiges (treuil, borne pour délimiter les concessions…) Nous passons devant la mine-musée Salzbergwerk : Kaiserin Christina Stollen. Là aussi, l’entrée donne bien envie, mais les tralalas touristiques ne nous tentent vraiment pas.

Nous poursuivons le chemin, sur lequel nous rencontrons de nombreuses entrées de mines, certaines semblent liées au musée, d’autres semblent gérées par le groupe Salinen Austria, que ce soit pour du pompage, de la ventilation ou de l’extraction nous n’en savons rien… Il est mignon son petit « chapeau » vous ne trouvez pas ?

La route est de plus en plus raide. Vient un tronçon comme je n’en ai jamais vu, une pente pareille c’est de la démence !!! Je ne sais pas combien de pourcentages cela faisait, mais ça doit être plus que limite pour les voitures. On n’en croyait pas nos yeux (par contre on en a cru nos mollets).

La ballade continue plusieurs heures, toujours en mode « montée ». D’après l’IGN on est à présent 1100 mètres au-dessus du niveau du lac. Les entrées de mine deviennent de plus en plus espacées, on fatigue et on se lasse. Je me demande si toutes ces entrées sont reliées de l’intérieur, si cela ne forme qu’un seul réseau ou pas…

Nous faisons le trajet du retour sous la pluie, du coup on s’autorise un thé avec une sacher torte dans un restaurant le long du lac. Une fois l’estomac plein, le moral va déjà mieux même si on est toujours trempé comme une soupe !

On reprend la voiture vers Abtenau, où nous prendrons notre repas au Gasthof Post. Tout se passe bien si ce n’est que… ils sont en train de fêter bruyamment un anniversaire de mariage (les noces d’or je crois) !! Woulalah l’ambiance de bal musette autrichien, on s’en serait voulu de rater ça 😀