Aujourd’hui, je me suis mise à la peinture… sur liseron. J’avais déjà fait quelques esquisses il y a un mois de cela, mais je n’avais pas un bon pinceau et du coup les résultats n’étaient pas aussi bons qu’espérés (est-ce qu’une âme charitable et cultivée voudrait bien me confirmer le « s » ?). Il faut dire que je m’étais presque badigeonnée autant que les plantes, ce n’est quand même pas très recommandé (encore que : sur la boîte il n’y a aucune mise en garde à ce sujet, j’étais fort étonnée).

Je suis donc revenue à la charge, guettant les liserons, les lierres, et toutes ces saloperies qui poussent trois fois plus vite que je ne peux les arracher… c’est déjà suffisamment la jungle sans qu’ils n’apportent leur contribution ! Résultat de l’expérience dans deux à trois semaines… avec l’aide de l’automne, j’ai bon espoir.

Une autre de mes expériences scientifiques de ce samedi : j’ai découvert que la température de fusion du gouda jeune nord-hollandais est plus haute que celle du gouda jeune belge. J’ai donc lamentablement échoué dans ma fabrication de tartines-brûlées-au-fromage-qui-tire, damned.