C’est le premier jour des vacances, nous sommes arrivés sur place tout juste 2h30 plus tôt. Nous nous promenons dans un bois au-dessus des vignes, dans une large allée agréable et ombragée… Située à deux pas d’un parcours de santé et d’une falaise d’escalade, le site est bucolique à souhait.

On aperçoit même un chevreuil qui prend le temps de nous observer avant de disparaître d’un saut léger dans les sous-bois. Vous aussi il vous semble innocent, ce beau chemin ? Vous avez du mal à y ajouter un hurlement en bande sonore ? Je vais vous y aider.

Bienvenue au palais des horreurs (et non, je ne parle pas des trous d’usure de la chaussette !).

Voici le coupable :

Le piège est bien caché n’est-ce pas, vous avez sûrement du mal à le distinguer ? Pourtant, sur cette photo, nous avons déjà pas mal écarté les herbes qui le camouflaient… D’un peu plus près, cela donne :

Il s’agit d’une planche sur laquelle ont été placés en quinconce de beaux grands clous de charpentier bien pointus, qui dépassent d’environ 4 centimètres.

Nous marchions à trois de front dans cette allée, je suis la seule à ne pas m’être transpercée le pied dessus. Malgré les chaussures de rando, c’est rentré comme dans du beurre… et nous avons buté (sans dommage cette fois) dans un deuxième piège identique 500m plus loin, toujours dans ces belles allées publiques.

Et voilà comment nous avons passé notre première après-midi à faire connaissance avec le médecin du coin et la gendarmerie locale. Bienvenue au Vietnam, bienvenue en Champagne.

(Et faites gaffe aux bulles, ça cause manifestement des dégâts dans la tête.)