(oui je sais vous n’êtes pas habitués, si vous ne comprenez pas le titre demandez à DPC)

La Chine en manque de femmes
La Dernière Heure – 24/08/2005

Il y a aujourd’hui 117 hommes pour 100 femmes, soit un terrible déséquilibre lourd de conséquences

PEKIN – Le déséquilibre des sexes dans la population en Chine est dû, non à la politique de l’enfant unique, mais à un mode de pensée archaïque et à un mauvais système de protection sociale, a affirmé mercredi un haut responsable chinois.

Il y a aujourd’hui 117 hommes pour 100 femmes en Chine, contre un ratio moyen au monde de 103 à 107 pour 100.

«Ce ratio est un exemple des inégalités entre les hommes et les femmes. C’est aussi une preuve de la violation des droits des femmes», a déclaré Mme Gu Xiulian, présidente le la Fédération des femmes de Chine.

Le déséquilibre actuel pourrait laisser 15% de Chinois sans partenaire féminin dans les décennies à venir. Le faible nombre de Chinoises provoque d’autre part une recrudescence des enlèvements et du trafic de femmes.

De nombreux experts rendent la politique de l’enfant unique, en place depuis une vingtaine d’années, responsable de cette situation. La préférence pour les garçons entraîne avortements et meurtres de petites filles en série, essentiellement dans les campagnes.

A l’occasion du dixième anniversaire de la Conférence mondiale des femmes de Pékin et de la publication d’un Livre blanc sur les femmes chinoises, Mme Gu a rejeté cet argument. «La raison principale est que traditionnellement les hommes sont plus importants que les femmes pour bien des esprits chinois», a-t-elle déclaré, au cours d’une conférence de presse.

Une autre cause avancée est l’absence de couverture sociale pour de nombreux paysans, situation qui les encourage à vouloir des garçons pour travailler et augmenter les revenus familiaux.

Ces facteurs, auxquels vient s’ajouter la possibilité de détecter rapidement le sexe d’un foetus grâce aux échographies, sont responsables des interruptions de grossesse, a ajouté Mme Gu.

L’ancienne ministre a d’autre part affirmé que des mesures avaient déjà été prises pour endiguer le phénomène, y compris l’interdiction de détecter les sexes des fœtus au moyen d’ultrasons.