L’ami LST veut enterrer son second blog, soit. Mais il n’emportera pas dans le silence du tombeau sa recette de gâteau au chocolat !! Pff c’est vrai quoi, j’ai même encore jamais eu l’occasion de la tester !

Voici donc sa note originale (et séculaire) :p

La recette de l’excellent et célèbre gâteau au chocolat du LST

Il s’agit d’une recette séculaire, créée il y a quelques années par LST. Donc pas si séculaire que ça, mais il fallait que je place ce mot et c’est donc fait.

Ingrédients :

– 3 œufs de poules frais (les œufs, pas les poules, quoique c’est mieux quand les poules qui ont pondu les œufs ne sont pas décrépites non plus)
– le poids de ces trois œufs en farine, sucre et beurre (oui, c’est hypercalorique)
– une pincée de sel
– un sachet d’amandes en poudre (optionnel)
– un sachet de sucre vanillé
– deux sachets de levure en poudre (levure chimique l’Alsacienne, les paquets roses)
– un peu d’eau de fleur d’oranger
– chocolat à volonté (vous pouvez mélanger praliné et chocolat noir pour dessert, moi je mets une tablette de chaque, soit 400 g au total)
– décor fantaisie (optionnel)

Procédé de fabrication :

– faire fondre le beurre à feu doux sans le faire bouillir
– faire fondre le chocolat avec un peu d’eau à feu doux également dans une autre casserole (ou dans le Saucier de Seb, très pratique)
– dans un saladier ou récipient équivalent, mettre la farine, le sucre, le sel et les jaunes d’oeufs (et les amandes en poudre)
– battre les blancs d’œuf en neige
– incorporer les blancs d’œuf et le beurre en alternance dans le saladier, et mélanger vigoureusement (vous devez sentir l’acide lactique se diffuser dans vos muscles et avoir assez mal à force de tourner) jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène et fluide. Rajouter de l’eau de fleur d’oranger, le sucre vanillé et la levure tout en continuant de bien mélanger, puis ajouter le chocolat fondu (vous pouvez au passage faire une partie avec et l’autre sans chocolat, et faire au final un gâteau marbré). Vous pouvez utiliser un robot ménager (il peut également servir de mixer si une lame est fournie avec) pour faire le mélange, mais uniquement si vous tenez à le détruire : en effet, la masse (et donc le poids, à moins de cuisiner en apesanteur), la densité et le volume de la pâte sont tels que le moteur va forcément lâcher.
– beurrer un moule à gâteaux d’une contenance bien supérieure au volume de pâte obtenu précédemment (car avec la levure, ça va gonfler! Si ça déborde et que ça coule dans votre four, tant pis pour vous, vous êtes
prévenu). Vous pouvez utiliser un peu d’huile en remplacement du beurre, c’est plus facile ensuite pour démouler.
– verser la pâte dans le moule
– enfourner et laisser cuire à 150°C pendant une heure à une heure et demie en fonction de la hauteur de votre moule (vérifiez la cuisson en plongeant la pointe d’un couteau au cœur du gâteau lors de la cuisson: si la lame ressort pleine de pâte gluante, c’est que c’est pas cuit).
Ne mettez pas votre four à une température trop élevée sinon l’extérieur sera carbonisé (beurk) et l’intérieur pas cuit. La température et le temps de cuisson donnés sont valable pour un four à chaleur tournante de marque Sauter. Adaptez à votre matériel.
– faites la vaisselle, y’en a pas mal, et pendant ce temps là votre gâteau cuit
– pensez à éteindre le four à la fin de la cuisson
– décorez le gâteau, notamment s’il est destiné à un anniversaire. Vous pouvez faire un glaçage au chocolat si ça vous tente, et si vous n’avez pas peur de grossir démesurément (et s’il vous reste suffisamment de chocolat)
– laissez le gâteau bien refroidir avant de servir (quitte à le réchauffer un peu au dernier moment), et accompagnez-le d’une crème anglaise, ça impressionne toujours les invités qui ne savent pas faire la cuisine
– mangez le gâteau : s’il n’est pas bon, c’est uniquement de votre faute, tout le monde me complimente à son sujet lorsque j’en fais un, et j’évite particulièrement depuis quelque temps de m’entourer d’hypocrites, je considère donc le jugement de mes convives comme étant tout particulièrement avisé et de bonne foi.

Bon appétit !

(on dit merci quand on est poli)