L’homme modifie les milieux naturels à un rythme sans précédent depuis 50 ans. Un rapport de l’Unesco conclut à une dégradation d’environ 60% des services clés fournis par la nature à l’homme.

L’homme, par son activité, affaiblit la capacité de la nature à fournir des services essentiels comme l’air, l’eau ou la protection contre les catastrophes naturelles. Pas moins de 1.300 experts de 95 pays ont contribué au « rapport de synthèse sur l’évaluation des écosystèmes pour le millénaire », publié par l’Unesco. Ils concluent à la dégradation d’environ 60% des services clés fournis par la nature à l’homme (24 services tels que fourniture d’eau douce, stocks de pêche, régulation du climat …).

Certes, la productivité de services comme l’agriculture, le bétail et les produits de l’aquaculture s’est accrue, concourant au bien-être de millions d’hommes. Mais cette productivité s’est réalisée au détriment des autres services de la nature, notent les experts. Ainsi, la surexploitation des stocks de poissons a épuisé la ressource, et la fourniture d’eau douce est à un niveau inférieur aux besoins, conclut le rapport.

Depuis 1945, il y a eu plus de terres converties à l’agriculture qu’au cours des 18e et 19e siècles réunis. Un quart de la surface de la planète est cultivée, note le rapport. Plus de la moitié des engrais azotés synthétiques utilisés pour l’agriculture l’ont été depuis 1985.

Ces modifications drastiques des sols se traduisent par une perte de la diversité des espèces: 12% des oiseaux, un quart des mammifères et au moins 32% des amphibiens sont menacés de disparition d’ici un siècle.

Les pauvres sont les plus touchés par les modifications induites par l’homme. Les barrages, par exemple, fournissent l’énergie aux villes, mais bouleversent l’accès à la terre et à la pêche pour les ruraux. La déforestation à grande échelle, en Indonésie ou en Amazonie, pénalise les populations autochtones qui vivent de la forêt.

Le rapport formule quelques pistes pour enrayer la dégradation: prendre en compte la nature dans la prise de décision, améliorer la planification, influencer les comportements individuels.

Le Soir (D’après AFP)