L’octogénaire avait fait fuir son agresseur

Tragi-comique, le dossier développé à l’audience correctionnelle du 7 mars dernier à Nivelles. Amateur de bière – qu’il a, enfin, décidé de vouer aux gémonies en s’inscrivant, de sa cellule, aux Alcooliques anonymes -, Benjamin L., 26 ans, détenu depuis le 19 décembre 2004, s’en était d’abord pris à un curé. Celui-ci, âme charitable, lui avait pourtant prêté les clefs de sa voiture alors qu’il était en état d’ébriété. Il avait ensuite cherché noise à l’auto de la bonne du prêtre, qu’il ne portait pas dans son cœur. Il s’était attaqué, enfin et surtout, à une commerçante de 84 ans.

Ce dernier fait se passe le 19 décembre 2004 vers 10 h 15. Mme Theunis, qui exploite une épicerie, voit entrer un client pas comme les autres : encagoulé, il exhibe un revolver presque aussi vrai que nature. Il en faut plus pour la démonter… N’écoutant que son courage, l’octogénaire met en fuite son agresseur et alerte un passant cyclomotoriste, dont le témoignage fut capital.

J’avais bu toute la nuit. Je voulais acheter des fleurs pour la tombe de ma mère, explique-t-il, tout penaud, avant de reconnaître les vols commis en septembre et novembre 2004 dans la salle des Fêtes au préjudice de l’association des habitants d’Hélécine, du doyen de la paroisse et du curé de Linsmeau ainsi que les dégradations faites à la voiture de sa bonne.

L’alcool n’est pas une justification, tonne la présidente Sophie Sterck, tandis que la substitute Pamela Longfils fustige la lâcheté du prévenu et requiert une peine de deux ans de prison avec sursis probatoire impliquant un suivi sérieux sous forme d’une prise en charge à la fois thérapeutique et psychologique. Mais, ce lundi, le tribunal a condamné Benjamin L. à trois ans de prison dont 18 mois ferme.

Journal Le Soir