Je me fais le relai d’une note de Diane sur cette surréaliste affaire opposant cette brave dame Milka à la marque du même (pré)nom. Même l’ambassade de Croatie ne le digère pas.
Rappel de cette vacherie :

LE FIGARO, 15/12/2004
Comment la couturière Milka s’est retrouvée chocolat
Véziane
de Vézins

Milka Budmir, pour n’être qu’une petite couturière de la Drome, d’origine croate, n’en connaît pas moins ses classiques. Elle sait qu’une rose, même appelée autrement, sentirait toujours la rose, et que toutes les vaches, quelle que soit leur couleur, donnent le même lait. On voit bien qu’elle n’a jamais vu de vache mauve, sinon elle saurait que cette espèce-là donne du cacao. Cela va lui coûter cher. Peut-être 3 500 euros de dommages et intérêts que lui réclame la firme américaine Kraft Foods, étable-mère du ruminant de couleur parme qui agrémente les tablettes de chocolat du même prénom.

Du même prénom que Milka, s’entend. Et c’est là que la trayeuse blesse. Plutôt commun en Croatie, ce prénom signifie Petite reine, ce qui est plus joli que Bécane. Oui, eh bien, la dame aurait mieux faire d’ouvrir son site à l’enseigne de « Bicyclette » ou de « Draisienne », enfin n’importe quoi qui n’ait pas, en France, un relent suave de ganache, de truffe ou de praline.

L’affaire a commencé il y a trois ans, quand le fils de la modeste modiste lui a offert pour cadeau de Noël, un site Internet au nom de sa petite entreprise, Milka couture. Bêtement, elle a nommé son site http://www.milka.fr.
On pouvait y trouver, sur une malheureuse page, les adresses de ses deux boutiques et leurs horaires d’ouvertures. Milka buvait du petit lait. Elle avait tort. Après deux ans de menaces, le groupe américain, qui l’accuse de vouloir se sucrer sur le dos de la bête, la poursuit devant le tribunal de Nanterre pour « dilution de notoriété ». Et voilà, comment un menaçant holding composé d’une obscure petite main de Bourg-lès-Valence est devenue la bête noire la vache mauve.

Dans ce monde où, le silence n’étant plus d’or, chaque banalité dûment déposée vaut de l’argent, les Ariel, Marie, Francine, Robert, Mercedes, Elise et Clio, même s’ils ont pignon sur rue, feraient bien de ne l’avoir jamais sur le Net. Une seule solution : baptiser ses enfants avec des noms de choses. Pour l’instant, les « Tracteur », « Pelleteuse » ou « Cendrier » ne courent pas de risque majeur. En attendant, Milka se retrouve chocolat. Pourtant, flairant que pour se faire un prénom, il faut être célèbre, aux dernières nouvelles, Kraft Foods est prêt à transiger. Le géant propose à la frondeuse de lui racheter son site pour 2 000 euros. Mais la microdilueuse refuse, au prétexte qu’elle a déjà déboursé 7000 euros dans la bataille. C’est dommage. A vacherie offerte, on ne regarde pas les pis.

Pourtant, Goliath n’a pas raison non plus. Car la vraie réussite consiste à faire de son nom propre un nom commun. Quand la vache lilas rejoindra Poubelle, Silhouette et Pinard au Panthéon des objets qui ont une âme, elle cessera de ruminer.

AP, 14/12/2004

SOCIÉTÉ
Milka, la petite couturière drômoise attaquée en justice par la vache mauve
BOURG-LES-VALENCE

– Dans sa boutique de Bourg-lès-Valence (Drôme), Milka Budmir, une couturière de 58 ans originaire de Croatie, n’en démord pas. «Je ne veux pas me faire écraser comme une mouche par la vache mauve», répète elle avec son accent chaud d’Europe centrale.

Bien déterminée, la petite modiste se dit prête à affronter, en justice, le 31 janvier prochain, le géant agro-alimentaire américain: Kraft Foods, propriétaire de la marque de chocolat à l’effigie de la vache mauve: Milka. Le groupe poursuit en effet Mme Budmir devant le tribunal de Nanterre, après plus de deux ans de menaces, parce que celle-ci a ouvert un site internet baptisé http://www.milka.fr.

«Ils veulent me prendre mon travail, ma vie et même mon prénom !», dénonce la couturière qui explique que dans son pays, Milka est un prénom féminin très répandu. «Cela veut dire ‘petite reine’», précise-t-elle, avant d’ajouter: «Tout naturellement, lorsque j’ai ouvert ma boutique il y a 14 ans, je l’ai baptisée ‘Milka Couture’ (…) Ce que je fais n’a rien a voir avec le chocolat», clame-t-elle.

Pour Noël 2001, son fils lui offre tout à fait légalement un site internet. «Il m’avait dit : Tu pourras donner des conseils, faire voir ton travail, afficher tes modèles, et les horaires d’ouverture des boutiques», raconte Milka.

De ce cadeau, une seule page a pu voir le jour. On peut y lire l’adresse des deux boutiques de la couturière et leurs horaires d’ouverture. Las, six mois à peine après la mise en service du site, Mme Budmir a reçu deux lettres recommandées d’avocats mandatés par Kraft Foods.

Constat d’huissier à l’appui, les conseils du chocolatier font valoir que «Milka» est une marque «de renommée» protégée, entre autres, par le Code de la propriété intellectuelle, et qu’en conséquence tout emploi non autorisé de Milka porte atteinte au fameux chocolat.

Le géant agro-alimentaire accuse donc Mme Budimir de «dilution de notoriété» car, par son activité de couture, elle affaiblirait «sensiblement le caractère distinctif de la marque en lui conférant un caractère banal».

Dans un premier temps, Kraft, qui se déclare «ouvert au dialogue», réclame 3.500 euros de dommages et intérêts à la couturière pour ce préjudice et surtout l’abandon de son adresse sur le Web.

«Une marque veut interdire d’utiliser à quelqu’un son prénom! C’est comme si aujourd’hui on ne pouvait plus baptiser du prénom de Mercedes sa fille», fait remarquer Me Gérard Haas, avocat bien décidé de faire reconnaître à la couturière son bon droit.

En attendant une décision de justice, la couturière vient de recevoir une nouvelle lettre de Kraft Foods où le groupe lui propose maintenant 2.000 euros pour acheter le nom de domaine Milka.fr. «Il n’est pas question que je vende, d’autant que j’ai dépensé pour 7.000 euros dans cette procédure», résume la sexagénaire, soutenue par ses enfants et ses fidèles clients.

AP

Alors pour Pâques, achetez des œufs en chocolat mais… pas des Milka !!

Pour connaître toutes les marques du géant Kraft Foods, allez donc faire un tour sur leur site…