Les anti-chasse dénoncent le braconnage en Ardèche
LE MONDE | 11.03.05 | 14h03

Plusieurs associations de protection de la nature, réunies au sein du collectif « Escrinet col libre », dénoncent, dans une lettre adressée jeudi 10 mars à Jean-Pierre Raffarin, la « complicité » des pouvoirs publics avec les braconniers qui, chaque année, en février et mars, procèdent à la « destruction » des oiseaux migrateurs qui passent au col de l’Escrinet, entre Privas et Aubenas, en Ardèche.

Il s’agit essentiellement de pigeons ramiers, qui remontent d’Espagne, à la fin de l’hiver, pour nidifier plus au nord et dont les effectifs diminuent régulièrement depuis quinze ans.

Les auteurs de la lettre rappellent que la chasse aux oiseaux migrateurs est interdite en période prénuptiale par une directive européenne de 1979 et par la loi sur la chasse du 26 juillet 2000. Ils constatent, néanmoins, que « plus aucune mission -de police- n’a été autorisée » sur place aux agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) depuis qu’en 1999 quinze d’entre eux « ont été séquestrés sur le col de l’Escrinet » par des braconniers. Le collectif indique dans sa lettre avoir « appris que les ordres de non-intervention sur les cols ardéchois venaient de… Matignon !« . De son côté, l’Association nationale pour une chasse écologiquement responsable (Ancer) s’insurge contre « ces actes de braconnage qui ne sauraient en aucun cas trouver leur justification dans une prétendue tradition« .