Ce midi, j’ai été visiter un refuge pour animaux à Anderlecht pour accompagner une de mes collègues qui a envie d’adopter un chat. Il y a une partie « chatterie » (pièce commune) et une partie « cages » individuelles : les chats sont trop nombreux pour être tous dans la chatterie, aussi il y a une tournante.

A peine entrés dans la chatterie, un chat me saute sur les épaules, un autre vient se frotter à mes jambes, d’autres me regardent l’air de dire : « bon on sait bien que tu n’as que deux mains et on ne voudrait pas paraître insistants, mais c’est *quand* notre tour d’être caressés ? »

Il y en a un qui me suivait partout, d’autres qui restaient perchés sur leur poutre ou sur le radiateur sans oser en descendre. Il y a les câlins et les jouettes, les amateurs de cache-cache et d’arbre à griffes, les doux et les rêches, les calmes et les « grands tempéraments ». Il y a ceux qui se battent pour sortir de là, qui restent près de la porte, viennent se faire remarquer, imposent leur existence d’une façon ou d’une… et puis il y a les résignés, ceux qui n’attendent plus rien des visiteurs et restent tristement dans leur coin.

Ça fend d’autant plus le cœur quand on se dit qu’ici, c’est un refuge bien tenu, où ils sont soignés vraiment comme il faut… mais hélas, ce n’est pas le cas de tous les refuges !

Avec ma collègue, on s’est dit qu’on irait bien passer une après-midi de temps à autre pour les faire croûler sous les câlins… parce qu’ils montrent vraiment qu’ils sont en manque, les pauvres minets. Et je suis sûre qu’en prenant un peu plus de temps, certains timides se laisseraient approcher.

Si vous êtes à Bruxelles et que vous avez envie d’adopter un chat (chaton) ou un chien (chiot), allez donc faire un tour sur Help Animals. Vous y trouverez toutes les informations que vous pourriez chercher au sujet de l’adoption d’un animal, que vous soyez en maison ou en appartement.

J’allais oublier la traditionnelle photo de Mousty !