La zone euro facilite, paraît-il, les virements d’un pays à un autre en son sein. Un petit BIC, un petit IBAN et hop c’est parti ! Sans frais, admirez le tour de passe-passe m’sieurs dames ! (Bon faut pas se leurrer, c’est comme les impôts, ce qui est donné d’une main est repris au décuple de l’autre)

Mouais… ben depuis ce matin je m’arrache les cheveux avec ma banquière (gentille et compétente, c’est assez rare pour être souligné) sur un code IBAN de 25 chiffres écrit sur un RIB – alors que les IBAN français n’en comportent que 23 me dit-elle. Et vous allez rire, on ne trouve pas les deux malheureux petits chiffres qui sont en trop.

Vive l’absurdité, vivent les banques.