Il fallait bien que ça arrive un jour. Snif.

Bon je vais répondre à vos questions, à commencer par celle de Patriarch : non, je n’ai pas ouvert une boîte de Gourmet*** le soir du réveillon ! Voici le menu :

En apéritif, un verre de maitrank ou de jus d’orange avec des petits dés de fromages, des mini-saucissons, des tomates cerises, des chips au paprika, des fines galettes au sésame, des olives niçoises et des petits bouts de chou-fleur avec de la sauce cocktail.

Ensuite un potage à la tomate avec un filet de crême fraîche (normal pour un chat), suivi d’une entrée aux couleurs de l’Italie : des dentelles de jambon (style Parme) disposées artistiquement avec des copeaux de parmesan et des feuilles de basilic, un trait d’huile d’olive et quelques radis découpés en fleur pour parfaire la décoration. Servi avec des gressins.

En guise de plat de consistance, un filet de dinde à la polynésienne, c’est-à-dire que les filets sont légèrement panés au paprika et servi avec des ananas et des émincés de poivrons de toutes les couleurs, ainsi qu’une sauce aigre-douce faite avec du jus d’ananas. Un bol de riz en accompagnement, et des baguettes pour les courageux.

Oh j’oubliais : en boisson, du Liebfraumilch Nahe 2003 (c’est un vin blanc doux et fruité, peu alcoolisé) et de la Valvert 2004 😉

Je ne parle pas du dessert, parce que là ça a complètement foiré ^^ J’avais hésité à préparer un gâteau à l’avance, j’aurais mieux fait… je me suis laissée tenter par un truc-tout-fait vendu en sachet, il faut dire que ça avait l’air vachement bon : des petits dômes au chocolat, qu’il faut servir encore chauds pour que le coeur soit coulant. Et puis cela semble difficile à rater, un truc où il faut juste rajouter deux oeufs, non ? Ben j’ai réussi quand même. J’ai mis au four en suivant leurs instructions, j’ai laissé refroidir 5 minutes puis j’ai retourné le moule à six schtroumphs et Kataztrofe ! Il n’y a que le coeur (liquide) qui s’est démoulé ^^ Hum, j’ai râclé à la cuillère et j’ai remis dans les dômes troués-non-démoulés. Remis au four, tant pis si c’est trop cuit. Et ben ça m’a refait pareil. Grmbl. Donc sur les assiettes, il y avait un amas noir fumant et semi-liquide, on aurait dit que c’en était mais non, Mousty était innocent… C’était pas très présentable malgré la crème anglaise et la feuille de menthe, mais une fois en bouche c’était très bon, heureusement ^^ Accompagnement : un thé à la menthe ramené de nos vacances… mmmmm !