Avant, je mangeais un morceau de viande environ 5 ou 6 fois par semaine. Je n’ai jamais voulu manger de lapin, d’agneau ou de cheval (identifiés davantage dans mon esprit comme animaux de compagnie), mais ce qu’on m’avait appris à manger depuis toute petite sans me poser de question, eh bien je continuais. Ça faisait tout simplement partie intégrante de l’équilibre alimentaire tel que je l’avais appris ! A cette époque, les « végétariens » étaient en fait souvent des « piscivores » et comme je n’aime pas les poissons et crustacés, j’étais restée à distance du végétarisme.

Puis petit à petit j’ai commencé à penser par moi-même au contenu de mon assiette, j’ai cessé de manger tous les « jeunes » animaux (veau par exemple), j’ai découvert les conditions d’élevage qui m’ont bouleversée et horrifiée, sans parler de l’abattage. Dans le même temps j’avais pris mon envol de la maison familiale et, grâce à cette nouvelle « indépendance alimentaire », j’ai commencé à me pencher sur le quorn, le tofu et plein d’autres substituts de produits animaux qui avaient l’air parfois tellement étranges (encore aujourd’hui, je ne trouve pas que du seitan ou du tempeh aient l’air appétissant avant d’être cuisinés :lol: ).

J’ai appris beaucoup de choses avec des blogs tels que Vegansfields ou Zara-Écolo qui m’ont encouragée dans ma démarche en me montrant que c’était possible, réalisable ! J’y ai découvert à la fois une autre façon de penser et des alternatives qui facilitent la vie quotidienne. Je n’avais jamais pris de lait de soja avant, mis à part au resto chinois ! Les laits de riz, d’amande, etc. semblaient juste des pis-aller pour allergiques… mais j’ai appris également qu’il y avait moyen de s’en sortir sans faire appel à des produits « exotiques » (blog de Dr. CaSo par exemple, mais il y en a beaucoup d’autres, trop pour que je liste tout le monde ! :) )

Au fur et à mesure de cette prise de conscience (qui est intimement liée à l’écologie également !), j’ai progressivement diminué ma consommation de viande et de lait. Ce n’est pas une question de goût, je n’ai pas arrêté parce que je « n’aimais pas ». A présent je n’en cuisine qu’exceptionnellement, j’utilise encore parfois un peu de jambon ou lard pour certains plats par exemple. En gros on dira que je suis végétarienne aux 4/5èmes, et cela va sans doute encore évoluer… mais je ne souhaite pas que cela pèse sur les autres. Autrement dit, si on m’invite et qu’il y a de la viande au menu, il est probable que je la mangerai. Et si AàG veut manger du saucisson, je ne vais pas l’en empêcher !

Je pensais que le fait de ne pas être totalement végétarienne me mettait relativement à l’abri des problèmes nutritionnels, je me trompais. Suite à différents symptômes (fatigue, difficultés de concentration, picotements dans les membres, insomnie…), j’ai été faire un check-up sanguin et on m’a trouvé une carence en vitamine B12. Ça ne veut pas dire que tous mes symptômes viennent uniquement de là, mais théoriquement ça pourrait. Il faut savoir qu’on a un stock de B12 dans l’organisme et que ce n’est généralement qu’après quelques années d’apports insuffisants qu’une carence se fait sentir. Cette carence peut avoir de graves conséquences si on ne la détecte pas à temps.

Je pensais que la spiruline (micro-algue) m’en fournissait suffisamment, mais il y a des polémiques sur « l’assimilabilité » de la B12 végétale et il est aussi tout à fait possible que ce soit un problème personnel d’assimilation (facteur intrinsèque).

Le médecin m’a donc demandé de prendre un complément artificiel composé de B6-B9-B12. Résultat six mois plus tard, au check-up suivant, ma B12 est (ou semble !) retournée dans le rang… mais ma B9 (acide folique) a explosé !! (il n’a pas mesuré la B6) Il me dit que ce n’est pas grave mais que je dois jongler avec les doses pour ne pas aller plus haut en B9 tout en ne redescendant pas en B12. Je lui demande s’il n’existe pas un complément de B12 pure, il me répond : « oui mais uniquement par voie parentérale (injections), ce que je déconseille car à force on peut avoir des réactions« . Je dois déjà me piquer toutes les 5-6 semaines pour mon allergie au venin d’abeille, on ne va peut-être pas en rajouter… :roll:

Il me dit que le mieux à faire, si j’y arrive, est de manger… du foie ! Je fais la grimace « euh ça, vraiment, je ne pourrais pas ! » et soudain il me fait un grand sourire « en fait moi non plus » :lol:

La curiosité étant mon grand défaut, je prends le temps de regarder sur internet… d’autant plus que sur la notice du fameux complément B6-B9-B12 il est indiqué de ne pas prendre cela en cas de carence en B12 car l’excès de vitamine B9 peut masquer une carence en vitamine B12, nuire au diagnostic et participer à précipiter les symptômes finaux de la carence avancée ! (à noter que le médecin ne m’en a rien dit)

Sur les forums végétariens, je trouve immédiatement plein de références pour des ampoules, gélules ou comprimés de B12 pure. Notamment les fameuses ampoules injectables, qui sont en fait aussi adaptées à la prise orale ! J’imagine qu’on l’assimile moins bien sans ses deux copines car je vois que les dosages de ces suppléments sont beaucoup plus élevés, mais bon, j’essayerai… et nous verrons bien dans six mois !